Mardi, 28 Janvier 2020
Dernières nouvelles
Principale » Algérie : importante manifestation contre l'élection à Alger malgré le dispositif policier

Algérie : importante manifestation contre l'élection à Alger malgré le dispositif policier

13 Décembre 2019

Dans le centre d'Alger, les portes d'un bureau de vote ont été fermées par précaution, à l'approche d'une foule estimée à une dizaine de milliers de personnes, qui bravent un important dispositif policier pour manifester contre le scrutin.

Plusieurs autres marches ont été recensées à travers l'Algérie.

La police est intervenu et a matraqué une centaine de manifestants, selon l'AFP.

Le taux de participation à ce scrutin a atteint 33,06 % à 17h00 (16H GMT), selon le président de l'Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohamed Charfi. Pour le moment aucun chiffre n'est connu.

A Béjaïa, un centre de vote a notamment été saccagé et à Bouira, une antenne locale de l'Anie a été incendiée.

La participation était l'objet de toutes les attentions: le "Hirak" a appelé au boycott alors que le pouvoir assure depuis des semaines que la participation sera "massive".

"Je vote car j'ai peur que le pays s'enlise dans la crise", a expliqué Karim, fonctionnaire de 28 ans.

Le mouvement prodémocratie craint que ces élections ne fassent que perpétuer un système de corruption et de surveillance militaire dont ils réclament la fin.

À Tizi-Ouzou et Bouira (90 km à l'est et 80 km au sud-est d'Alger), deux autres villes de cette région berbérophone, des heurts ont éclaté et toutes les opérations de vote sont interrompues, selon plusieurs sources. "J'ai perdu 70% de mon chiffre d'affaires et beaucoup de commerçants sont dans mon cas", témoigne Sid Ali, 48 ans, de Bab El Oued.

Les détenteurs de cartes de crédit Desjardins touchés — Fuite de données
Le mouvement a donc décidé d'étendre la protection contre le vol d'identité à ces deux groupes de clients. Le premier vice-président exécutif et chef de l'exploitation chez Desjardins, Réal Bellemare.

A Tichy, près de Béjaïa (180 km à l'est de la capitale), des affrontements ont opposé dans la soirée des manifestants à des gendarmes, a indiqué à l'AFP Saïd Salhi, vice-président de la Ligue algérienne de défense des droits de l'Homme (LADDH).

En revanche, d'autres bureaux de vote d'Alger étaient quasiment déserts, les électeurs n'arrivant qu'au compte-gouttes. Dans deux centres de votes du centre-ville, la participation était inférieure à 10% en fin d'après-midi et de moins de 5% dans un 3e, selon les listes d'émargement consultées par une journaliste de l'AFP.

Durant la journée, la télévision nationale a montré des électeurs faire la queue dans des bureaux de vote.

"Le mouvement dénonce ainsi une " mascarade électorale", exige la fin du " système " aux manettes depuis l'indépendance en 1962, et le départ de tous ceux qui ont soutenu ou pris part aux 20 ans de présidence de M. Bouteflika.

Par Abdelkader S. - Des sources très au fait de l'atmosphère polluée qui règne actuellement au sein du sérail militaro-politique n'excluent pas une traduction devant les tribunaux des candidats Ali Benflis et Abdelmadjid Tebboune après l'élection présidentielle.

Mercredi, des personnalités proches du "Hirak" avaient mis en garde sur le contexte de "vives tensions" et rendu le pouvoir "responsable de tout dérapage éventuel".

Les manifestants scandent des slogans hostiles à l'actuel régime, incarné par le général de corps d'armée, Ahmed Gaïd Salah, qui est l'artisan en charge d'organiser ce scrutin du 12 décembre.

Après une première tentative d'élection avortée en juillet, il s'obstine à vouloir rapidement lui élire un successeur pour sortir de l'actuelle crise politico-institutionnelle, qui a aggravé la situation économique.

Algérie : importante manifestation contre l'élection à Alger malgré le dispositif policier