Mardi, 28 Janvier 2020
Dernières nouvelles
Principale » Acier : le Mexique piégé par le traité nord-américain

Acier : le Mexique piégé par le traité nord-américain

13 Décembre 2019

Le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, a souligné que les États-Unis avaient un intérêt dans le succès du Mexique, les représentants des États-Unis, du Mexique et du Canada s'étant réunis mardi à Mexico pour signer des modifications à l'accord États-Unis-Mexique-Canada., un nouveau pacte commercial.

Une première version de l'AEUMC, qui modernise le traité de l'Alena signé par Bill Clinton il y a 25 ans et qui a intimement lié les trois économies entre elles, a été signé par les trois pays fin novembre 2018.

Dans l'intervalle, AMLO s'est entretenu par téléphone avec le président américain Donald Trump et le Premier ministre canadien Justin Trudeau afin de les remercier pour " leur participation précieuse " et " leur soutien en vue de l'approbation " de l'accord de libre-échange.

L'Aléna a largement contribué à la croissance économique et à la hausse du niveau de vie de la population des trois pays membres. Avec des résultats mitigés, selon des économistes.

"Nous devons encore attendre quelques heures mais il y a déjà un accord initial entre les gouvernements (.) Il sera signé aujourd'hui par les exécutifs, les négociateurs des trois pays", a indiqué M. Lopez Obrador lors de sa conférence de presse quotidienne.

"Marriage Story" et Netflix en tête des nominations aux Golden Globes [VIDÉO]
Si les deux derniers convoitent la récompense du meilleur second rôle, Robert De Niro est exempt du concours pour le meilleur acteur.

Seul le Parlement mexicain l'a depuis ratifiée.

"Nous parlons d'un vaste accord économique et commercial", a-t-il déclaré.

Les démocrates, qui ont la majorité à la Chambre des représentants, exigeaient que le texte, signé l'an passé, soit modifié pour s'assurer que la nouvelle législation du travail au Mexique soit bien appliquée.

Le président Trump avait dénoncé l'Alena peu après son arrivée à la Maison-Blanche, après l'avoir vilipendé pendant toute sa campagne.

Aux Etats-Unis, le processus de ratification de l'accord survient en pleine affaire de potentielle destitution de Donald Trump qui agite le Congrès depuis plusieurs semaines. Cette augmentation doit permettre d'atténuer la concurrence entre les travailleurs des trois pays.

Acier : le Mexique piégé par le traité nord-américain