Lundi, 6 Juillet 2020
Dernières nouvelles
Principale » Un gazoduc géant entre la Russie et la Chine — "Force de Sibérie"

Un gazoduc géant entre la Russie et la Chine — "Force de Sibérie"

06 Décembre 2019

A terme, "Force de Sibérie" sera l'un des gazoducs les plus longs au monde: plus de 3 000 kilomètres à travers les forêts de pins et les sols gelés, pour relier les gisements de Sibérie orientale à la ville de Shanghaï (plus que la distance entre Paris et Moscou).

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue chinois Xi Jinping ont pris part à la cérémonie de lancement par téléconférence, a annoncé le Kremlin dans un communiqué publié sur son site officiel.

"Le robinet est ouvert!" a lancé Alexeï Miller, patron de Gazprom, tandis que du gaz russe traversait la frontière chinoise pour la première fois.

Le germano-russe Nord Stream 2 est sans doute le plus controversé, s'agissant d'un deuxième gazoduc passant sous la mer Baltique afin de contourner l'Ukraine, pays de transit du gaz russe vendu en Union européenne. La partie chinoise doit s'achever en 2022-2023 pour transporter du gaz jusqu'à Shanghaï.

C'est "un événement véritablement historique, non seulement pour le marché mondial de l'énergie, mais avant tout pour vous et moi, pour la Russie et la Chine", a déclaré Poutine.

Destiné à assouvir l'appétit chinois en matière de gaz, un gazoduc commun à la Chine et à la Russie a été inauguré, lundi, à la frontière sino-russe. Son coût est évalué à 55 milliards de dollars, pour une capacité en 2022-2023 de 38 milliards de m3 par an, soit 9,5% du gaz consommé en Chine.

Christian Quesada reste en prison avant son procès pour pédopornographie
En ce 3 décembre 2019, la cour d'appel de Lyon a décidé de refuser la seconde demande de mise en liberté du quinquagénaire . Il était l'un des champions des " 12 coups de midi ", recordman de l'émission présentée par Jean-Luc Reichmann.

"Néanmoins, selon les analystes de S & P Platts, on assiste à une " renaissance " du secteur gazier russe, devenu " plus avant-gardiste, commercialement astucieux et stratégique que jamais ". Le contrat d'approvisionnement global, signé après dix ans de négociations, est de 400 milliards de dollars sur trente ans.

Saluant les cinq années d'efforts des équipes de construction des deux pays sur ce projet dans des conditions météorologiques extrêmes et l'achèvement du projet comme prévu, M. Poutine a indiqué que la Russie fournirait 1.000 milliards de mètres cubes de gaz naturel à la Chine dans les 30 prochaines années.

Jusqu'ici, les ventes de gaz à l'Europe et la Turquie assuraient l'essentiel du chiffre d'affaires de Gazprom, clients traditionnels de l'héritier du ministère soviétique du Gaz. Le projet divise l'UE, certains États comme la Pologne ou les pays baltes dénonçant le danger d'une trop grande dépendance énergétique envers Moscou et l'abandon de l'ami ukrainien en guerre contre des séparatistes pro-russes.

Au final, l'Allemagne d'Angela Merkel a réussi à imposer le projet, malgré pressions de Donald Trump. Et sa mise en service permettra de doubler les livraisons de gaz russe vers l'Europe du Nord à 110 milliards de m3 par an.

Au sud, dès janvier un autre gazoduc contourna l'Ukraine, celui-là russo-turc. TurkStream symbolise la bonne entente entre Moscou et Ankara, mais aussi les tensions croissantes entre la Turquie et ses alliés au sein de l'Otan, qu'ils soient Américains ou Européens.

Un gazoduc géant entre la Russie et la Chine —