Samedi, 14 Décembre 2019
Dernières nouvelles
Principale » Un procès pour corruption d'ex-dirigeants et patrons ajourné — Algérie

Un procès pour corruption d'ex-dirigeants et patrons ajourné — Algérie

04 Décembre 2019

Reporté lundi dernier pour des raisons d'organisation, le procès d'Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal s'ouvre ce mercredi au tribunal de Sidi M'Hamed dans la capitale algérienne.

En effet, les avocats de la défense menacent de boycotter l'audience ce qui pourrait amener le juge à prononcer le report du procès à une date ultérieure.

Une partie des avocats n'a pu accéder à la salle d'audience, trop petite pour accueillir avocats, journalistes et de nombreux Algériens désirant assister au procès, ont rapporté plusieurs médias algériens.

Les affaires jugées concernent " l'octroi d'indus avantages aux opérateurs de montage automobile", selon le ministre de la Justice, Belkacem Zeghmati, qui avait indiqué que le procès serait public, mais qu'il ne serait pas retransmis à la télévision. "Nous n'acceptons jamais la justice de téléphone et la justice politisée avec les échéances électorales", a encore souligné l'avocat de la défense.

"La justice ne peut être rendue dans de telles conditions", a ajouté le bâtonnier, "celui qui a commis un acte répréhensible doit payer, mais devant une justice calme et sereine ".

Les accusés, tous en détention provisoire, sont arrivés dans des fourgons cellulaires accompagnés d'une forte escorte policière, dont ils ont été extraits hors des regards et des caméras.

La Suisse introduit une pièce de monnaie à l'effigie de Federer
Le gouvernement suisse a annoncé qu'il produirait une pièce de monnaie en argent de 20 francs avec l'effigie de Roger Federer . Sur la pièce de 20 francs, émise le 23 janvier, on voit le joueur préparer un revers (pourtant pas son meilleur coup).

Parmi eux, figuraient notamment deux proches et anciens Premiers ministres de M. Bouteflika: Ahmed Ouyahia, quatre fois chef du gouvernement entre 1995 et 2019, dont trois fois durant la présidence d'Abdelaziz Bouteflika, et Abdelmalek Sellal qui dirigea le gouvernement de 2014 à 2017, selon Me Bourayou.

Deux anciens ministres de l'Industrie de M. Bouteflika, Mahdjoub Bedda (2017) et son successeur Youcef Yousfi (2017-2019) comparaissaient également lundi.

A Alger, ce méga-procès attire les attentions car c'est une première depuis la chute de l'ancien chef d'Etat.

Maître Abdelmadjid Sellini remet ainsi en cause toute la procédure lancée sur ordre de Gaïd-Salah pour se présenter comme le féroce adversaire du "clan Bouteflika" et des hommes d'affaires qui rodaient autour des cercles de décision avant la démission forcée de l'ancien chef de l'Etat omnipotent depuis 1999 et impotent depuis 2013.

La jeune industrie automobile algérienne a été mise sur pied à partir de 2014, via des partenariats entre marques étrangères et grands groupes algériens, souvent propriétés d'hommes d'affaires liés à l'entourage de M. Bouteflika.

Un procès pour corruption d'ex-dirigeants et patrons ajourné — Algérie