Vendredi, 13 Décembre 2019
Dernières nouvelles
Principale » Trump décline une invitation à se défendre devant le Congrès — Destitution

Trump décline une invitation à se défendre devant le Congrès — Destitution

04 Décembre 2019

Celle-ci entamera mercredi le débat juridique pour déterminer si les faits reprochés au président justifient sa mise en accusation ("impeachment").

Après avoir auditionné une quinzaine de témoins, la commission du Renseignement de la Chambre a acté dans son rapport qu'il y avait des "preuves accablantes" de comportements "inappropriés" du républicain dans deux domaines: "Le président a conditionné une invitation à la Maison-Blanche et une aide militaire à l'Ukraine à l'annonce d'enquêtes favorables à sa campagne" et il a "entravé" les investigations parlementaires.

"Le stratagème du président Trump a subverti la diplomatie des États-Unis à l'égard de l'Ukraine et sapé notre sécurité nationale en faveur de deux enquêtes à motivation politique qui pourraient aider sa campagne de réélection présidentielle", est-il écrit dans le rapport.

Les Démocrates de la Chambre ont ouvert une enquête de mise en accusation pour tenter de déterminer si M. Trump a ou non abusé de ses pouvoirs en faisant pression sur l'Ukraine pour qu'elle ouvre des enquêtes politiquement avantageuses pour lui.

Le rapport de la commission du Renseignement, qui était en quelque sorte "l'enquête préliminaire" de cette destitution, a été transmis mardi soir à la commission judiciaire de la Chambre, chargée maintenant de rédiger les éventuels articles de mise en accusation du président.

En demandant à Kiev d'enquêter sur Joe Biden, son rival potentiel lors de la présidentielle Américaine de 2020, Donald Trump " a directement et explicitement invité une ingérence étrangère dans nos élections ", a déclaré Jerry Nadler, président de la commission judiciaire de la Chambre des représentants, en ouverture d'une audition publique.

Dans le cadre de cette étape marquant le début d'une nouvelle phase dans la procédure de sa destitution, Donald Trump a été convié - soit en personne, soit par l'entremise de ses avocats - à une audition au Congrès.

Patrick Balkany "souhaite" conduire la liste de la majorité — Municipales à Levallois
Avant, la cour d'appel se prononcera lundi sur la demande de libération formulée par Patrick Balkany. Patrick Balkany sera candidat à sa propre succession pour les élections municipales de 2020.

Trois des experts entendus - Noah Feldman, Pamela Karlan et Michael Gerhardt - ont été convoqués par les démocrates, tandis qu'un autre, Jonathan Turley, a été invité par les républicains. "La question est de savoir ce que le Congrès va faire" sur la base de ce rapport, a-t-il ajouté.

Dans leur propre rapport d'enquête, publié lundi soir, ils ont blanchi le président: "Les éléments présentés ne prouvent aucune des accusations des démocrates".

"Le président doit faire un choix: il peut saisir cette opportunité d'être représenté dans les auditions ou il peut arrêter de se plaindre", avait ajouté l'élu de New York, un adversaire de longue date du magnat de l'immobilier.

La porte-parole de la Maison blanche, Stephanie Grisham, a dénoncé un "simulacre de procédure partial" n'ayant pas apporté la moindre preuve contre Donald Trump. Mais ils se réservent la possibilité d'intervenir ultérieurement.

La commission judiciaire pourrait débattre d'au moins quatre chefs d'accusation: abus de pouvoir, corruption, entrave à la bonne marche du Congrès et entrave à la justice. De plus, les Démocrates affirment vouloir aller vite et procéder au vote de la Chambre des représentants sur l'impeachment avant la fin de la session parlementaire, prévue le vendredi 12 décembre.

Une fois rédigés, les articles d'accusation doivent être soumis à un vote à la Chambre des représentants.

Le Sénat sera ensuite chargé de juger le président, et il faudrait une majorité des deux tiers pour le destituer, ce qui paraît très improbable. Le Sénat compte à l'heure actuelle 53 républicains, et les élus du parti du président ont jusqu'ici fait bloc derrière lui.

Trump décline une invitation à se défendre devant le Congrès — Destitution