Samedi, 14 Décembre 2019
Dernières nouvelles
Principale » Irak: le Premier ministre va présenter sa démission

Irak: le Premier ministre va présenter sa démission

30 Novembre 2019

Avec l'incendie du consulat iranien, le mouvement qui conspue le pouvoir à Bagdad et son parrain iranien a franchi un palier, après des violences qui ont fait en deux mois plus de 380 morts et quelque 15.000 blessés selon un bilan de sources médicales et policières compilé par l'AFP.

Vendredi, Adel Abdel Mahdi, en fonction depuis un an, a annoncé qu'il allait "soumettre au Parlement une lettre formelle dans laquelle il exprime [son] intention de démissionner, afin que l'Assemblée puisse revoir ses choix". "Peu avant, le plus haut dignitaire chiite du pays avait appelé le Parlement à retirer sa confiance au gouvernement pour éviter le " chaos " et plus de morts, rejoignant les manifestants qui réclament depuis deux mois " la chute du régime ".

Le consulat d'Iran dans l'autre ville sainte du pays, Kerbala, avait déjà concentré la colère des manifestants au début du mois, mais là, les forces de sécurité irakiennes avaient répliqué, faisant quatre morts.

Plus au nord, à Najaf, des affrontements opposent dans la nuit des manifestants et des hommes armés habillés en civil qui tirent sur eux, selon un correspondant de l'AFP.

"Une cellule de crise a été mise en place sous la supervision des gouverneurs" pour "imposer la sécurité et restaurer l'ordre", a indiqué le commandement militaire dans un communiqué, ajoutant que des commandants militaires "ont été nommés dans cette cellule pour contrôler l'ensemble des forces de sécurité et militaires" et aider les gouverneurs dans leur mission.

Le 27, des manifestants incendient le consulat d'Iran à Najaf. Les manifestants - travailleurs, chômeurs ou encore étudiants - réclament la refonte du système politique conçu par les Américains en 2003 et le renouvellement total de leur classe dirigeante qu'ils jugent corrompue.

A Najaf, visitée chaque année par des millions de pèlerins chiites, notamment venus d'Iran, sept cercueils ont été portés par la foule, alors que les médecins font état d'un bilan de 16 morts pour la seule journée de jeudi. Elle a menacé de faire sombrer le pays dans le chaos après que des hommes en civil et des combattants tribaux ont sorti leurs armes. Les violences de jeudi pourrait changer la donne.

N'Golo Kanté porte plainte contre un ancien conseiller pour "escroquerie"
Quant à l'agent mis en cause, il avait porté plainte dès le 29 mai dernier contre Abdelkarim Douis, là aussi pour menaces de mort. Kanté et Khiari, tous deux originaires de Suresnes, étaient entrés en relation par le biais de leurs entourages respectifs.

Quarante-six manifestants ont été tués et près d'un millier blessés jeudi, selon médecins et policiers. Et surtout, il est tombé entre les mains de l'Iran et de son puissant émissaire pour les affaires irakiennes, le général Qassem Soleimani, en charge des opérations extérieures de l'armée idéologique de la République islamique.

Car en Irak, l'un des pays les plus riches en pétrole du monde, un habitant sur cinq vit sous le seuil de pauvreté et les infrastructures sont déliquescentes et jamais rénovées alors qu'en 16 ans, l'équivalent de deux fois le PIB s'est évaporé dans les poches de politiciens et d'entrepreneurs véreux.

L'influent leader chiite Moqtada Sadr appelle à " des élections anticipées sous supervision de l'ONU ".

A Diwaniya, dans le Sud, où les rassemblements aujourd'hui avaient la forme de procession funéraire en hommage aux 46 manifestants tués la veille dans des villes voisines, un autre manifestant tempère cette joie.

La désobéissance civile continue de bloquer écoles et administrations alors que les manifestants tentent de toucher le talon d'Achille du pouvoir, l'or noir.

Jusqu'ici toutefois, ils n'ont atteint ni la production ni la distribution de pétrole, unique ressource en devise du pays et qui représente 90% des recettes d'un gouvernement surendetté.

Irak: le Premier ministre va présenter sa démission