Lundi, 9 Décembre 2019
Dernières nouvelles
Principale » Liban: un mort par balle

Liban: un mort par balle

14 Novembre 2019

Il s'agit de la deuxième personne tuée en marge du soulèvement.

Des milliers de manifestants libanais ont bloqué des rues dans tout le pays mercredi pour exprimer leur indignation face aux propos du président Michel Aoun lors d'une interview télévisée la veille et après la mort d'un manifestant à Khaldé, au sud de Beyrouth, a rapporté l'agence de presse National News Agency. Selon un communiqué de l'armée, l'incident s'est déroulé entre une patrouille et un groupe de protestataires qui coupaient la route, forçant un militaire à ouvrir le feu pour les disperser.

Le Liban vit depuis le 17 octobre un soulèvement inédit réclamant le départ de l'ensemble de la classe politique, quasi-inchangée depuis des décennies et jugée corrompue et incapable de mettre fin au marasme économique. Il a prévu de rencontrer l'ex-Premier ministre Saad Hariri de même que le président Michel Aoun.

"Où est-ce que je peux aller les chercher (ces indépendants, NDLR)?"

Dans la ville de Saïda (sud), des manifestants qui bloquaient une artère majeure ont allumé des chandelles qu'ils ont disposées sur la chaussée, formant un message d'adieu à la victime: " Alaa fierté de la révolution ". Lequel a proposé un gouvernement formé de technocrates et d'hommes politiques, affirmant qu'il était possible que les consultations parlementaires pour désigner un nouveau Premier ministre commencent avant la fin de la semaine.

"Le discours du président est une déception, le président est supposé rassembler et non diviser", a lancé Nisrine Houjeiri, 29 ans, qui manifestait près de Baabda.

"Un manifestant a réagi avec colère à ce qu'il a considéré comme un appel à quitter le pays: " Nous n'allons pas émigrer, nous n'allons pas quitter le pays ". "S'ils s'arrêtent, il y a encore de la place pour (nous) pour arranger les choses", a-t-il déclaré. "Si, au sein de l'Etat, il n'y a personne qui leur (les manifestants) convient, qu'ils émigrent!"

Fauve Hautot envisage de quitter l’émission ? Elle répond — DALS
Et même si elle a menti pour intégrer le casting de l'émission , elle est vite devenue une figure incontournable du programme. La comédie me fait peur, et ça, j'adore, même si la danse n'est jamais bien loin mais je préfère ne rien prévoir.

A Aley (centre), Tyr (sud) et Baalbek (est), des manifestants ont tenu des sit-in à l'intérieur et à l'extérieur des bureaux des opérateurs publics de télécommunications, ont rapporté des médias locaux.

Les employés des deux principaux opérateurs, Alfa et Touch, ont lancé une grève générale sans en préciser la durée.

Par ailleurs, M. Aoun n'a pas nié que des pressions américaines étaient exercées en vue d'une exclusion du gouvernement du puissant mouvement armé Hezbollah, poids lourd de la politique libanaise.

"Nous comptons bloquer la plupart des routes principales, toutes les administrations publiques et bientôt les responsables dans leurs propres maisons!", a affirmé à l'AFP Antoine Saad, qui avec des dizaines d'autres jeunes bloquent une route à Jal el-Dib près de Beyrouth.

Fermées durant une quinzaine de jours en octobre du fait des manifestations, les banques ont de nouveau baissé rideau mardi dans le cadre d'une grève de leurs employés qui se disent inquiets des risques sécuritaires liés aux clients demandant à récupérer leur argent et aux manifestants.

Les contestataires sont exaspérés par l'absence de services publics dignes de ce nom, avec notamment de graves pénuries d'eau et d'électricité et une gestion archaïque des déchets.

Après une rencontre avec M. Aoun, le coordinateur spécial de l'ONU pour le Liban, Jan Kubis, a estimé que "la situation économique et financière est critique" et que les autorités devraient agir vite. "Mais ils ne peuvent pas m'imposer de me débarrasser d'un parti qui représente au moins un tiers des Libanais".

Liban: un mort par balle