Vendredi, 22 Janvier 2021
Dernières nouvelles
Principale » Cyclisme : Raymond Poulidor, éternel second mais champion des cœurs

Cyclisme : Raymond Poulidor, éternel second mais champion des cœurs

13 Novembre 2019

Le cycliste français restera comme l'éternel second mais cette étiquette lui apportera la sympathie auprès de tous. Il est mort à Saint-Léonard-de-Noblat, non loin de Limoges, où il résidait depuis des années. Je me souviens des journalistes, les soirs de grande défaite. "Raymond est très fatigué depuis le dernier Tour de France", avait expliqué Gisèle Poulidor, sans donner d'autres précisions sur son état de santé.

Coureur au palmarès remarquable, à huit reprises sur le podium final du tour de France entre 1962 et 1976, Raymond Poulidor, qui a toujours couru après le maillot jaune, a aussi incarné le champion accessible et laborieux, aussi méritant que malchanceux, au fil d'une carrière terminée à 40 ans passés. Raymond Poulidor demeurera à jamais dans l'imaginaire populaire cet "éternel second" - notamment face à Jacques Anquetil dans les années 1960 -, bien qu'il ne l'ait pas toujours été.

Raymond Poulidor, c'est une carrière exceptionnelle de 18 ans, avec des victoires sur les plus grandes courses du calendrier cycliste: Milan-San Remo (1961), Paris-Nice (1972 et 1973) et le Dauphiné (1966 et 1969).

Au cours de sa longue carrière, il avait dû se contenter du titre pas forcément envié de recordman historique des deuxièmes places au classement général de la Grande Boucle (huit) sans jamais avoir eu l'honneur d'être vêtu du fameux maillot.

VIDÉO Cyril Hanouna dévoile qu’il n’est plus ami avec Kev Adams
Alors qu'il est présent en tant que jury dans Mask Singer sur TF1 , Kev Adams risquait donc de se mettre Cyril Hanouna à dos. Sur Twitter, Kev Adams a ainsi partagé une séquence où l'on retrouve Cyril Hanouna déclarer qu'ils ne sont plus amis .

Dans la mémoire collective, Raymond Poulidor, reste une légende du cyclisme français. Jean Stablinski termine 2e devant Guy Ignolin, Jacques Anquetil prendra la 4e place. Leur rivalité culmine dans les cinq derniers kilomètres du Puy-de-Dôme, en 1964. Epaule contre épaule, sans échanger le moindre regard, les deux hommes vont au bout de leurs limites. Il serait réducteur de ne retenir de lui que ses trois deuxièmes places sur la Grande Boucle, au même titre que ses 189 victoires professionnelles et son record de podiums sur le Tour (8). Las, un motard le renversa, occasionnant un traumatisme crânien, un fracture du nez et son abandon. Depuis quelques années, la banque essayait de préserver un champion bavard mais de plus en plus fatigué. Au terme d'une bonne heure de dédicaces durant laquelle il a eu un mot gentil pour chacun et reçu la dévotion de ses fans comme un cadeau, Raymond Poulidor, qui avait encore toute sa lucidité, montrait aussi qu'il n'avait rien perdu de son sens de l'humour.

Un surnom comme un nom, qui a traversé l'esprit collectif en même tant que les générations, avec une empreinte et une adoration qui ne se sont jamais effacées.

Un petit-fils de Raymond Poulidor, le Néerlandais Matthieu Van der Poel, est devenu pro dans le cyclisme sur les traces de son illustre grand-père. Humain profondément humain. Après lui, le Tour a vu défiler de nombreux chouchous, Bernard Thévenet, Richard Virenque, Thomas Voeckler ou Julian Alaphilippe, sans que la popularité du Limousin s'effrite.

Cyclisme : Raymond Poulidor, éternel second mais champion des cœurs