Jeudi, 21 Novembre 2019
Dernières nouvelles
Principale » Macron juge l'Otan en état de "mort cérébrale"

Macron juge l'Otan en état de "mort cérébrale"

08 Novembre 2019

Dans un entretien accordé au magazine britannique The Economist, le président français affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et demande à ses partenaires européens de "se réveiller" pour que l'UE reste un acteur majeur.

"Vous n'avez aucune coordination de la décision stratégique des États-Unis avec les partenaires de l'Otan et nous assistons à une agression menée par un autre partenaire de l'Otan, la Turquie, dans une zone où nos intérêts sont en jeu, sans coordination", a-t-il souligné. J'ai compris aussi que la Turquie et les États-Unis sont dans l'Otan.

La chancelière allemande Angela Merkel a réagi en admettant des problèmes, sans partager la vision "radicale" d'Emmanuel Macron.

"Nous nous sommes engagés pour lutter contre Daech (acronyme du groupe État islamique)".

Le chef de l'État s'interroge en particulier sur l'avenir de l'Article 5 du traité atlantique, qui prévoit une solidarité militaire entre membres de l'Alliance si l'un d'entre eux est attaqué. Si le régime de Bachar el-Assad décide de répliquer à la Turquie, est-ce que nous allons nous engager?

Platini dénonce le "PSG Coca-Cola"
L'ancien joueur de l'AS Saint-Etienne se sert d'ailleurs volontiers du Paris Saint-Germain pour illustrer son propos. Cela lui a valu des soucis, mais Michel Platini n'est pas du genre à faire dans la langue de bois.

"Je considère que ce qui s'est passé depuis plusieurs jours est une faute lourde de l'Occident et de l'Otan dans la région et cela affaiblit notre crédibilité pour trouver des partenaires sur le terrain qui se battront à nos côtés en pensant qu'ils sont protégés durablement, et ça interroge aussi le fonctionnement de l'Otan", a-t-il estimé. Dans un entretien à The Economist, Emmanuel Macron dénonce le désengagement américain vis-à-vis de ses alliés de l'Otan et se prononce pour la défense de l'Europe et un dialogue stratégique avec la Russie, "sans naïveté aucune et qui prendra du temps".

" L'Europe a oublié qu'elle était une communauté, en se pensant progressivement comme un marché", souligne également M. Macron, qui s'est récemment opposé à l'ouverture de négociations d'adhésion à l'Union européenne avec la Macédoine du Nord et l'Albanie.

Enfin, le rééquilibrage du monde va de pair avec l'émergence - depuis 15 ans - d'une puissance chinoise qui crée un risque de bipolarisation et marginalise clairement l'Europe.

Selon le président français, s'il n'y a pas en Europe "un réveil, une prise de conscience de cette situation et une décision de s'en saisir, le risque est grand, à terme, que géopolitiquement nous disparaissions, ou en tous cas que nous ne soyons plus les maîtres de notre destin".

Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l'Otan, a lui aussi réagi à l'occasion d'un discours à Berlin, rapporte le site Foreign Policy. "Les tensions entre les membres de l'Otan ne sont pas nouvelles, mais la férocité avec laquelle Macron met maintenant le doigt sur le point sensible a déclenché les sonnettes d'alarme à Bruxelles", confirme De Telegraaf aux Pays-Bas. "Mais l'Amérique, c'est plus que Trump", insiste le journal, précisant que malgré les mots du pensionnaire de la Maison-Blanche, les États-Unis continuent de soutenir massivement l'Alliance sur les plans financier et militaire. Si elle ne veut pas devenir un "vassal de la Chine", la Russie n'a d'autre alternative qu'un "partenariat avec l'Europe", a-t-il ajouté.

Macron juge l'Otan en état de