Jeudi, 21 Novembre 2019
Dernières nouvelles
Principale » Les gendarmes expulsent les magistrats grévistes — Tribunaux d'Alger

Les gendarmes expulsent les magistrats grévistes — Tribunaux d'Alger

06 Novembre 2019

Lors de son passage sur la chaîne 1 de la Radio nationale, le directeur des affaires juridiques et administratives du ministère algérien de la Justice, Abdelhafid Djaârir, a nié la responsabilité de son ministère dans l'intervention des forces antiémeutes de la Gendarmerie nationale contre les juges grévistes au sein du tribunal de la ville d'Oran, dans l'ouest de l'Algérie.

Le Club des magistrats s'est dit ainsi " surpris par la décision unilatérale", du syndicat national des magistrats, et estime que " les réponses aux quelques revendications (par la tutelle ndlr) ne satisfassent pas les préoccupations essentielles des magistrats ". Un mouvement de panique s'en est suivi, suite à quoi plusieurs magistrats protestataires se sont rassemblés pour appeler à une "Justice libre et indépendante ".

"Concernant la revendication de la concrétisation de l'indépendance de la justice dans les textes et dans les faits, il a été convenu d'ouvrir un atelier impliquant toutes les parties concernées par l'enrichissement des textes relatifs à cette revendication, avec une participation active et directe des magistrats", lit-on dans le communiqué.

Une cagnotte pour aider Patrick Balkany à payer sa caution — France
Compte tenu des conditions " sévères " de son contrôle judiciaire, Me Dupond-Moretti a donc plaidé pour une " libération sèche ". Depuis, lui et son épouse se battent pour tenter de le faire sortir de prison. " Ben ça ne m'étonne pas ", rétorque l'élu.

Ceux qui contestent la décision sont aussi tenus de rejoindre leur lieu d'affectation mais uniquement pour les besoins de l'installation, sans entamer le travail.

L'accord stipule par ailleurs qu'aucun magistrat ne peut faire l'objet de mesures à cause de sa participation au dernier mouvement de grève. Il s'agit de l'engagement pris par le département ministériel de Belkacem Zeghmati, de satisfaire totalement ses revendications professionnelles et matérielles, à partir du mois de décembre prochain et avec effet rétroactif depuis janvier 2019, sans toutefois préciser s'il s'agit d'une augmentation indemnitaire ou salariale.

Tout en indiquant que les instances du syndicat (bureau exécutif et conseil national) ont approuvé l'accord, le président du SNM souligne que ces acquis constituent "le maximum qui pouvait être arraché dans la conjoncture actuelle ". Ce qui s'est passé dimanche à Oran et ce lundi à Alger a été qualifié de dérapage sur lequel les magistrats ne comptent pas se taire.

Les gendarmes expulsent les magistrats grévistes — Tribunaux d'Alger