Dimanche, 20 Octobre 2019
Dernières nouvelles
Principale » +7°C en 2100 ? Des nouvelles projections très alarmantes sur le réchauffement climatique

+7°C en 2100 ? Des nouvelles projections très alarmantes sur le réchauffement climatique

20 Septembre 2019

Pour comprendre comment fonctionnent et s'opèrent les changements ou "dérèglements" climatiques, les plus grands laboratoires du monde réalisent ce qu'on appelle des modélisations, en utilisant notamment les modèles existants afin de les comparer et de tester leur fiabilité. Ils viendront alimenter le sixième rapport d'évaluation du groupe des experts de l'ONU sur le climat, prévu pour 2021-2022. Elle vient de dévoiler les résultats de tous nouveaux modèles de simulation numérique du climat, avec des scénarios de réchauffement à l'échelle mondiale qui partiraient de +2°C pour le plus optimiste à près de +7°C pour le plus pessimiste.

Dans le cas d'une forte coopération internationale en faveur du développement durable, le modèle permet de constater que les températures resteraient - à peine - en deçà de l'objectif fixé de +2 °C à l'horizon de 2100. Dans le pire des scénarios, la température moyenne globale grimpera de 6,5 à 7°C de plus en 2100. Ce réchauffement qui a été faible au cours de la première partie du XXème siècle avec même un plateau entre 1940 et 1970, a repris de plus belle depuis le début des années 1980 avec un rythme qui a tendance à s'accélérer ces dernières années.

Ce scénario signifie les multiplications des vagues de chaleur en France. Selon les experts, la canicule de 2003, qui avait tué 15.000 personnes dans l'Hexagone, deviendrait la norme dès les années 2050.

Ceci s'accompagnerait de "sécheresses beaucoup plus longues et étendues", "à partir de 2070 une Garonne à sec pendant quelques mois", "des pratiques agricoles fortement remises en cause", "des feux de forêt qui se multiplient dans des régions où aujourd'hui ils ne sont pas trop fréquents", a souligné David Salas y Mélia, chercheur climatologue et responsable climat au centre de recherche CNRM (Météo-France-CNRS).

Pourquoi la France refuse (toujours) l'asile politique à Edward Snowden
Néanmoins, Edward Snowden n'a pas expliqué directement les raisons justifiant cette nouvelle demande d'asile en France. Son éditeur, le groupe Macmillan, s'est dit fier de publier le récit "non censuré " de M.

L'Accord de Paris sur le climat de 2015 prévoit de limiter le réchauffement de la planète bien au-dessous de 2°C, voire 1,5°C. Les engagements pris par les Etats actuellement conduiraient à +3°C. "La température moyenne de la planète à la fin du siècle dépend fortement des politiques climatiques qui seront mises en oeuvre dès maintenant et tout au long du XXIe siècle", ont insisté le CNRS, Météo-France et le CEA lors de la présentation de leurs conclusions à la presse.

D'autres modèles étrangers déjà rendus publics, sur lesquels s'appuiera aussi le GIEC, vont également dans le sens d'un réchauffement accentué.

L'information n'est pas surprenante, mais appuyée par des modèles scientifiques elle n'en est que plus préoccupante: en 2100, " la banquise arctique disparaîtra probablement totalement en fin d'été ". Cela pourrait s'expliquer par une réaction plus forte du climat à l'augmentation des gaz à effet de serre anthropique que dans les simulations de 2012, mais les raisons de cette sensibilité accrue et le degré de confiance à y apporter restent à évaluer.

Les scientifiques français s'étaient pliés pour la dernière fois à cet exercice en 2012. "Nous avons des meilleurs modèles", a expliqué Olivier Boucher, directeur de recherche au CNRS, à l'AFP. Grâce à cela, les chercheurs ont mieux modélisé les conséquences du réchauffement climatique en Europe de l'Ouest, en s'intéressant aux vagues de chaleur, dont " l'intensité et la fréquence " vont continuer à augmenter, ont-ils conclu.

+7°C en 2100 ? Des nouvelles projections très alarmantes sur le réchauffement climatique