Samedi, 31 Octobre 2020
Dernières nouvelles
Principale » Perquisitions à LFI : le tribunal refuse de renvoyer le procès de Mélenchon

Perquisitions à LFI : le tribunal refuse de renvoyer le procès de Mélenchon

19 Septembre 2019

Jean-Luc Mélenchon et ses cinq co-prévenus, dont les députés Alexis Corbière et Bastien Lachaud et l'eurodéputé Manuel Bompard, doivent comparaître à Bobigny pour "actes d'intimidation envers un magistrat et un dépositaire de l'autorité publique, rébellion et provocation". Un rassemblement de soutien y est organisé. Le leader du parti français d'extrême gauche avait filmé en direct sur Facebook cette perquisition et celle de son domicile, opérées dans le cadre de deux enquêtes du parquet de Paris sur les comptes de campagne de la présidentielle de 2017 et sur les assistants parlementaires européens de La France Insoumise.

La ministre de la Justice Nicole Belloubet a répliqué en fustigeant des propos "inacceptables" et en l'accusant d'être dans "l'invective", "le fantasme" et "le complot".

"C'est un procès politique parce que ses motifs sont politiques, parce que les procédés qui ont été utilisés contre moi sont politiques", a déclaré Jean-Luc Mélenchon, maniant le même verbe bagarreur et la même éloquence tempétueuse que lors de ses campagnes électorales. "La justice n'est pas instrumentalisée à des fins politiques", a-t-elle assuré. " "Pour abattre Cristina Kirchner (ancienne présidente argentine, mise en cause dans une affaire de corruption), le système tente la même méthode qui a conduit Lula en prison, Correa à l'exil, et nous en procès à Bobigny ", déclarait le patron des Insoumis sur son blog le 31 août dernier". Les peines encourues peuvent aller jusqu'à dix ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende.

La matinée d'audience a été consacrée au visionnage des images tournées par la presse lors de la perquisition du 16 octobre qui avait viré à la confrontation. Devant des caméras, il avait appelé ses proches à "enfoncer la porte" pour entrer dans les locaux.

Ansu Fati s'offre un exceptionnel record devant Lionel Messi — Football
Evidemment, l'objectif principal est d'augmenter la clause libératoire grâce à la signature de ce nouveau bail. A tel point que le club catalan sent venir la menace d'une approche des autres grands clubs européens.

Des policiers et magistrats figurent parmi les parties civiles.

Un reporter de RT France est sur place qui a constaté la présence des manifestants.

Ces dernières semaines, les Insoumis et en premier lieu leur chef ont martelé l'idée d'un "procès politique" et d'une justice aux ordres du pouvoir.

"Je souhaite répondre à M. Mélenchon que mes clients sont des fonctionnaires de police qui agissent dans un esprit républicain", a poursuivi l'avocat qui partage le banc des parties civiles notamment avec Me Eric Dupond-Moretti.

Perquisitions à LFI : le tribunal refuse de renvoyer le procès de Mélenchon