Vendredi, 14 Août 2020
Dernières nouvelles
Principale » Les salariés de General Motors en grève — Etats-Unis

Les salariés de General Motors en grève — Etats-Unis

19 Septembre 2019

Le syndicat souhaite par ce biais peser sur les discussions liées à la définition d'une nouvelle convention collective. Il pourrait s'agir de la grève la plus importante observée chez GM depuis plus d'une décennie. Dans la nuit de samedi, la convention collective de GM datant de 2015 a expiré. Cette grève risque d'interrompre la production de voitures à travers les États-Unis du numéro un du secteur.

Également en négociation avec Ford et Chrysler, le syndicat est parvenu vendredi à un accord dans ces deux groupes.

Près de 50.000 salariés américains de General Motors (GM) étaient en grève lundi 16 septembre, un mouvement social d'une ampleur exceptionnelle qui pourrait durer en raison de l'impasse dans laquelle se trouvent les négociations salariales avec le groupe automobile.

La décision de la grève a été prise "au lendemain de la notification (.) à la direction de General Motors que le syndicat n'accepterait pas d'étendre la convention collective", est-il détaillé dans le communiqué. La direction de GM a regretté que l'UAW "ait choisi de faire grève ce soir", estimant avoir présenté "une offre solide" pour la nouvelle convention. "Nous avons négocié de bonne foi et avec un sentiment d'urgence", affirme encore GM ajoutant vouloir " bâtir un avenir solide pour les employés et l'entreprise ". "Nous nous battons pour la sécurité des emplois", a déclaré pour sa part le vice-président de l'UAW Terry Dittes. Les négociations ont été lancées en juillet dernier et sont à l'heure actuelle au point mort.

L'action GM a chuté de 4,25% à Wall Street.

Paul Rudd dans Living With Yourself pour Netflix : bande-annonce
Non pas pour un Ant-Man vs Ant-Man chez Marvel mais pour la comédie noire Living With Yourself sur Netflix. Découvrez Living with Yourself le 18 octobre sur Netflix.

Le dernier grand mouvement appelant à un arrêt de travail chez General Motors remonte à 2007. Cette grève chez ARAmark, un sous-traitant gérant la maintenance dans les installations de GM dans le Midwest, était considérée comme un prélude à un débrayage potentiel des 46 000 cols bleus employés par le constructeur. Les ventes enregistrant quant à elles une baisse de 36,06 milliards de dollars (-1,9% en valeur).

L'UAW veut aussi empêcher la fermeture de chaînes d'assemblage dans l'Ohio et le Michigan, que la direction du premier constructeur américain juge indispensable pour adapter son outil de production aux changements du marché automobile.

L'ampleur de la mobilisation sera un test, tant pour la patronne de GM, Mary Barra, que pour le syndicat UAW.

"Cela représente aussi un gros sacrifice pour les travailleurs, auxquels la caisse de grève ne peut verser que 250 dollars [226 euros] par semaine."

LE timing de cette grève n'a rien d'anodin, en pleines prémices de la campagne électorale présidentielle américaine. Alors même que Donald Trump a fait de l'emploi - et qui plus est de l'emploi au sein de l'industrie automobile US - l'un de ses principaux chevaux de bataille.

Les salariés de General Motors en grève — Etats-Unis