Dimanche, 15 Septembre 2019
Dernières nouvelles
Principale » Yann Barthes pris à parti par Jean-Luc Melenchon, l'animateur riposte

Yann Barthes pris à parti par Jean-Luc Melenchon, l'animateur riposte

11 Septembre 2019

"Depuis un an, Quotidien joue le jeu de la police politique". Il affirme ni plus ni moins que la rédaction de l'émission est une "police politique" coupable de "manipulation médiatique aux ordres du parquet". L'image provient d'une capture d'écran d'un sujet diffusé le 10 septembre 2019 dans "Quotidien".

Jean-Luc Mélenchon et cinq membres de la France Insoumise (dont les députés Alexis Corbière et Bastien Lachaud, et l'eurodéputé Manuel Bompard) vont être jugés les 19 et 20 septembre au tribunal correctionnel de Bobigny pour "intimidation, rébellion et provocation contre l'autorité judiciaire" lors de la perquisition du siège du parti le 18 octobre 2018. Des vidéos qui selon Jean-Luc Mélenchon ne reflètent pas la réalité. Ces images montrent en effet un échange agité entre les responsables LFI et les forces de l'ordre. "Ce sont ses images qui servent de base à nos accusateurs", estime dans un post sur Facebook l'homme politique de 68 ans. "Depuis un an ils cachaient ces moments où Alexis Corbière et moi rassurons les policiers." . "Il y a quelques mois 'Le Monde' publiait illégalement des extraits des auditions en faisant croire à une violence absolue ("nos nez se sont presque touchés")". "Les images elles sont coupées, a-t-il estimé sur LCI". Moi par exemple on me voit crier après un policier (.) On m'a vu dire à un policier "Arrêtez d'être violent".

La sœur de Kawhi Leonard accusée de meurtre
Il y a les gens qui ont une vie normale, linéaire et sans relief, et il y a Kawhi Leonard. Kimesha Monae Williams doit comparaître devant la justice le 19 septembre.

Plusieurs dirigeants insoumis, dont Jean-Luc Mélenchon ont plusieurs fois réclamé d'avoir accès à la totalité des images de l'émission. Mais quand on voit tout avant, les violences qui ont lieu, le moment où, calmement, je dis à ces policiers "pas de violence". "De montrer Jean-Luc Mélenchon en colère, qui subit une injustice (.) Tout cela a eu des conséquences politiques dans les urnes".

Hier soir, Yann Barthès a tenu à revenir sur cette déclaration sur TMC. Après avoir diffusé une séquence sans coupure, le journaliste explique que "pour éviter que les Insoumis nous accusent pendant une semaine de bidonnage, on va faire un truc très simple: sans commentaires, brut, nous allons prendre l'intégralité des images sans montage". On voit également que, quelques instants après son " La République c'est moi ", le chef de LFI a chuchoté au même policier qui lui faisait face: " Ne vous inquiétez pas, personne n'est violent ici ".

Yann Barthes pris à parti par Jean-Luc Melenchon, l'animateur riposte