Mardi, 10 Décembre 2019
Dernières nouvelles
Principale » Revers pour l'Inde — Industrie spatiale

Revers pour l'Inde — Industrie spatiale

10 Septembre 2019

L'agence spatiale indienne a perdu le contact samedi avec la sonde inhabitée qui devait atterrir sur la Lune.

L'ISRO avait anticipé un moment délicat en disant s'apprêter à vivre "15 minutes de terreur" durant la tentative d'alunissage. Et ce quart d'heure a justifié ces craintes.

La prochaine opération, prévue le 2 septembre, sera la séparation de l'atterrisseur Vikram et de l'orbiteur Chandrayaan-2. "Les données sont en cours d'analyse".

Le premier ministre Narendra Modi, qui a fait le voyage de Bangalore, a assuré aux scientifiques après l'annonce de K. Sivan que "ce (qu'ils avaient) fait n'était pas un mince exploit".

"Il y a des hauts et des bas dans la vie ..." Bien que l'atterrisseur ne donne toujours aucun signe de vie, Chandrayaan-2 continue sa mission scientifique autour de la Lune. "Soyez forts. Je suis avec vous", a-t-il par ailleurs ajouté.

"Mostra de Venise: "Lion d'or à " Joker " de l'Américain Todd Phillips
Roman Polanski avait fait le parallèle entre l'histoire de son film et sa propre vie, s'estimant lui aussi " persécuté ". La Mostra de Venise a livré son palmarès samedi soir.

L'agence spatiale indienne a annoncé samedi avoir perdu le contact avec la sonde Chandrayann-2 qu'elle tentait de faire atterrir sur la Lune, un revers pour l'Inde qui ambitionne de devenir la première nation à inspecter le pôle sud lunaire.

Une fois immobilisé, il devait libérer entre 05H30 et 06H30 (00H00-01H00 GMT) un petit robot mobile, censé fonctionner grâce à l'énergie solaire pendant environ quatorze jours terrestres et réaliser des relevés scientifiques.

Lancé à plus de 2,5 km/s, l'alunisseur devait stopper sa course brutalement à quelques centaines de mètres du sol, avant de se poser délicatement à l'aide de retro-fusées. L'engin s'est apparemment posé, et non pas écrasé comme on l'a d'abord cru, et aurait même été retrouvé intact au sol par l'équipe indienne. En avril, une sonde lunaire israélienne a ainsi raté son alunissage et s'est écrasée. Et, à ce jour, seulement trois pays - la Russie, les Etats-Unis et la Chine - sont parvenus à y poser un appareil en douceur.

Surtout, Chandrayaan-2 - "chariot lunaire" en hindi - devait être le premier engin spatial à se poser dans la région du pôle sud, inexplorée par l'homme. Vikram a depuis réalisé deux manœuvres visant à abaisser son orbite, jusqu'à atteindre, ces dernières heures, une orbite elliptique de 36 kilomètres par 110 kilomètres, requise pour se poser sur la Lune.

Depuis qu'elle était arrivée à proximité du satellite, le 20 août, la mission Chandrayaan-2 se préparait à cet " alunissage ". Un instrument de cette première mission a découvert la signature spectrale de l'eau sur de vastes étendues de la Lune, avec de grandes concentrations aux pôles lunaires, où les cratères ombragés permettent à la glace d'eau de rester gelée.

Revers pour l'Inde — Industrie spatiale