Dimanche, 15 Septembre 2019
Dernières nouvelles
Principale » Le directeur général de Nissan démissionne

Le directeur général de Nissan démissionne

10 Septembre 2019

Éclaboussé par une affaire de prime indûment perçue, le directeur général de Nissan, Hiroto Saikawa, va quitter ses fonctions le 16 septembre, a annoncé lundi le président du conseil d'administration du constructeur automobile japonais, Yasushi Kimura.

Le conseil, auquel assisteront les dirigeants de Renault et administrateurs de Nissan Jean-Dominique Senard et Thierry Bolloré, doit débuter à 15 heures (8 heures en France) au siège du groupe à Yokohama, près de Tokyo, et "devrait se terminer tardivement dans la soirée", selon plusieurs sources.

À la demande de M. Saikawa, la date d'exercice de sa prime avait alors été différée d'une semaine par rapport à la date prévue, entraînant une hausse " illégitime " de sa prime à hauteur de 47 millions de yens (578 000 dollars canadiens au cours actuel), selon l'audit de Nissan.

" Sur cette somme, 25 milliards ont été déboursés par Nissan et 10 milliards ont été provisionnés mais non payés", a détaillé Motoo Nagai, le responsable du comité d'audit au sein du conseil d'administration. Une partie des actionnaires de Nissan réclame son départ, et en juin dernier, deux influentes sociétés les appellent à voter contre son maintien en fonction, regrettant des manquements à son rôle de supervision à l'époque des malversations reprochées à Carlos Ghosn. Il avait lui-même promis en juin de préparer sa succession au plus vite.

Le fossoyeur de Carlos Ghosn tombe à son tour.

Depuis des mois déjà, ce dirigeant à l'air impassible, aux cheveux ras et aux fines lunettes, était sur la sellette.

Xiaomi promet une vitesse record pour la recharge sans fil
Les charges filaires restent les techniques les plus efficaces mais on peut voir depuis un an un essor des puissances des systèmes de charge sans fil .

Carlos Ghosn, alors président du conseil et PDG de Renault-Nissan-Mitsubishi, photographié le 8 novembre 2019, une semaine avant son arrestation à Tokyo.

Il faut dire que l'ancien numéro 2 de Nissan, bras droit et successeur de Carlos Ghosn n'arrive pas à se dépêtrer de la situation compliquée de Nissan.

M. Saikawa n'a pas été accusé.

Le conseil a précisé qu'une dizaine de candidats étaient envisagés pour remplacer M. Saikawa. Hiroto Saikawa remercie son mentor et cadet de quatre mois, et s'engage à œuvrer au développement et au " maintien des bons résultats " du constructeur automobile.

Hiroto Saikawa ne parvient cependant pas à se détacher de l'ombre de celui que les médias japonais appellent alors " le suspect Ghosn ". M. Saikawa était déjà en sursis avant même que cette affaire n'éclate.

Mais pour l'avocat Nobuo Gohara, qui analyse depuis le départ l'affaire Ghosn et juge " difficile de faire confiance à M. Saikawa", il serait inique qu'il s'en tire par un simple remboursement des sommes perçues et quelques excuses, quand M. Ghosn risque des années de prison, un avis partagé par les défenseurs du patriarche déchu.

Le directeur général de Nissan démissionne