Dimanche, 15 Septembre 2019
Dernières nouvelles
Principale » Grève des urgences : le plan d’Agnès Buzyn pour sortir de la crise

Grève des urgences : le plan d’Agnès Buzyn pour sortir de la crise

10 Septembre 2019

Après avoir rencontré ce lundi des représentants des personnels et dirigeants hospitaliers, des syndicats de médecins libéraux et le collectif Inter-Urgences, Agnès Buzyn a dévoilé l'ensemble de son plan d'actions qui se décline en douze mesures.

Paris, le lundi 9 septembre 2019 - Après des premières propositions en juin et un deuxième volet le 2 septembre, Agnès Buzyn annoncera aujourd'hui une troisième batterie de réformes pour les urgences.

Mieux encore: "Je vais mettre de l'argent dans des solutions pérennes, restructurantes, qui vont régler le problème des urgences sur le long terme", a-t-elle affirmé.

Selon le Journal du dimanche, une partie de ces revendications pourraient être satisfaites par les "mesures chocs en préparation", avec "des réouvertures de lits", une "réforme de la tarification" et un "numéro de téléphone unique" pour les secours médicaux. Pas plus les propositions dévoilées la semaine dernière comme "l'admission directe " des personnes âgées sans passer par les urgences, la "vidéo-assistance " entre les Ehpad et les régulateurs du Samu, ou encore l'envoi d'une ambulance vers un médecin libéral pour les cas les moins "graves ".

Une concertation de "deux mois " va s'ouvrir entre médecins libéraux, professionnels hospitaliers et pompiers, a indiqué la ministre, sans se prononcer sur la mise en place d'un numéro unique pour les urgences pour remplacer les numéros existants (15, 18, 112, 116-117). Pour preuve, la prime mensuelle de 100 euros net versée depuis juillet et les 15 millions d'euros débloqués pour recruter des renforts estivaux n'ont pas empêché le mouvement de s'étendre.

Selon le collectif Inter-Urgences, 249 sites étaient en grève vendredi - tout en continuant d'assurer les soins.

L1 : Le Graët parle homophobie, Ménès et Riolo s’écharpent
Mettons-nous au travail ensemble pour trouver des solutions", a rétorqué Roxana Maracineanu à Noël Le Graët . On le fera s'il y a une manifestation homophobe constante, avec tout un stade .

Un traitement censé limiter la saturation de services dont la fréquentation a plus que doublé en vingt ans, atteignant 21,4 millions de passages en 2017. Mi-août, le ministère en avait recensé 195, soit la moitié des services d'urgences publics français.

Le ministère ne prévoit pas d'ouvertures de lits ni de recrutements de personnels, comme le réclament les grévistes.

Il n'y a "rien sur les lits, rien sur les postes ", a immédiatement regretté Hugo Huon, président du collectif Inter-Urgences.

"On réfléchit à de nouveaux arrêts maladie groupés ", prévient M. Huon, qui estime que sans ce type d'électrochoc au printemps, Mme Buzyn "n'aurait pas bougé". "Réunis en " assemblée générale nationale " à Saint-Denis en banlieue parisienne depuis 12 heures, les membres du collectif doivent décider d'une probable poursuite du mouvement et d'un " calendrier d'action ".

A présent, "il faudrait qu'elle mette beaucoup d'argent sur la table, que Bercy ouvre les vannes ", ajoute-t-il.

"La CGT, qui appelle à une mobilisation mercredi dans tout le secteur sanitaire et social, a elle aussi jugé " décevantes " les annonces de la ministre".

Grève des urgences : le plan d’Agnès Buzyn pour sortir de la crise