Jeudi, 12 Décembre 2019
Dernières nouvelles
Principale » Aux prud'hommes pour avoir mangé une clémentine — La Redoute

Aux prud'hommes pour avoir mangé une clémentine — La Redoute

10 Septembre 2019

Ils se plaignent de conditions de travail de plus en plus difficiles.

L'avocat de Smaïl Bella confie que "c'est la première fois que je rencontre une sanction de ce type pour un comportement tel que celui là" Il l'estime "complètement déconnectée de la réalité, totalement disproportionnée par rapport à ce qu'on peut reprocher au salarié".

" L'affaire " remonte au 7 novembre 2017. Et bien qu'il soit interdit de manger pendant les heures de travail (ici encore, les versions divergent), elle souligne que la sanction, " qui doit être proportionnelle " à l'incident, apparaît ici "très lourde pour une clémentine ".

Il était à son poste de " picking ", où les salariés alignés sur une chaîne de production prennent les marchandises importées et les scannent pour les envoyer aux clients - à raison de 600 gestes à l'heure selon la CGT. Une " micro-panne " a alors arrêté la chaîne, selon son avocate qui raconte la suite.

Résultat: une journée de mise à pied, soit 70 € brut de salaire en moins.

L1 : Le Graët parle homophobie, Ménès et Riolo s’écharpent
Mettons-nous au travail ensemble pour trouver des solutions", a rétorqué Roxana Maracineanu à Noël Le Graët . On le fera s'il y a une manifestation homophobe constante, avec tout un stade .

Il s'est reculé pour s'asseoir sur un banc et manger son fruit, en dehors du temps de pause prévue de 10h à 10h20. C'est à ce moment-là qu'il est repéré par une agente de maîtrise.

" Était-ce proportionné aux faits reprochés?"

Ce jeudi, son avocate, pour qui cette affaire symbolise la "déshumanisation" des conditions de travail du nouvel entrepôt de logistique "Quai 30" depuis la restructuration de l'entreprise et les 1200 licenciement en 2014, a considéré la sanction comme non proportionnée aux faits reprochés.

"La direction soutient que le salarié a mangé à son poste, enfreignant le règlement intérieur, et faisant courir le risque, à cause des épluchures et du jus, d'une " détérioration potentielle de la chaîne ".

Le conseil des prud'hommes, qui avait déjà condamné La Redoute mi-juin pour avoir retenu sur salaires le temps de déplacement jusqu'au lieu de pause, distant de 4 à 5 minutes des espaces de production, rendra son jugement le 14 novembre.

Aux prud'hommes pour avoir mangé une clémentine — La Redoute