Lundi, 16 Septembre 2019
Dernières nouvelles
Principale » Johnson & Johnson condamné à payer 572 millions de dollars — Crise des opiacés

Johnson & Johnson condamné à payer 572 millions de dollars — Crise des opiacés

30 Août 2019

Le montant fixé par la justice est nettement inférieur à ce que craignaient certains investisseurs et analystes, dans un procès considéré comme devant servir de référence à d'autres litiges liés à la crise des opioïdes au niveau national, et dans lequel le procureur avait réclamé 17 milliards de dollars pour financer la lutte contre l'épidémie sur les 30 années à venir. J&J a toutefois annoncé qu'il ferait appel de la décision.

Purdue Pharma fait partie des groupes pharmaceutiques appelés à comparaître en procès fin octobre dans l'État de l'Ohio, dans un dossier réunissant plus de 2.300 plaintes contre des laboratoires et des distributeurs pharmaceutiques accusés d'avoir alimenté la crise des opiacés en encourageant à la surconsommation de puissants antidouleurs ultra-addictifs.

Le procès, qui s'est tenu dans la ville de Norman (Oklahoma), est le premier marquant l'aboutissement de l'une des quelque 2000 procédures judiciaires engagées par des États ou des collectivités locales aux États-Unis contre des entreprises pharmaceutiques mises en cause dans la crise des opioïdes.

" Janssen n'a pas provoqué la crise des opiacés dans l'Oklahoma", a déclaré Michael Ullmann, vice-président et directeur juridique de Johnson & Johnson.

Italie : pourquoi Matteo Salvini reste un homme fort sur la scène politique
Il les verra dans les prochaines heures et compte présenter au président la liste de son exécutif "dans quelques jours".

Initialement, le patch était prescrit aux malades du cancer pour des douleurs aigues.

Le laboratoire a au fil des années cherché à les convaincre, apparemment avec succès, que ses médicaments ne créaient pas de dépendance.

L'industrie " utilisait le terme de 'pseudo-addiction' pour persuader les médecins que les patients qui présentaient des signes d'addiction, par exemple en demandant des doses d'opiacés de plus en plus fortes ou en revenant chez le médecin avant l'épuisement théorique de l'ordonnance précédente, ne souffraient pas réellement d'addiction, mais en fait de sous-traitement de la douleur", a ainsi expliqué le juge. Dans le cas de Purdue Pharma et de son médicament phare, l'Oxycotin, les affaires s'étaient réglées à l'amiable, puisque le laboratoire avait accepté de verser 270 millions de dollars à l'État. La société Israélienne Teva a elle versé 85 millions de dollars.

Selon le Center for Disease Control and Prevention, une agence fédérale, ces molécules de synthèse ont été à l'origine de près de 400 000 morts par surdose entre 1999 et 2017. 2 000 plaintes déposées contre les fabricants de médicaments par diverses juridictions aux États-Unis attendent encore des réponses.

Johnson & Johnson condamné à payer 572 millions de dollars — Crise des opiacés