Mardi, 17 Septembre 2019
Dernières nouvelles
Principale » Un robot humanoïde russe sera bientôt à bord de l'ISS

Un robot humanoïde russe sera bientôt à bord de l'ISS

24 Août 2019

Ayant décollé jeudi 22 août du cosmodrome russe de Baïkonour, la fusée Soyouz avec à son bord le robot humanoïde Fedor n'a pas réussi à s'arrimer à l'ISS à l'heure prévue.

Bien au-delà de cette seule mission, les autorités russes, qui considèrent la conquête spatiale comme une question stratégique, ne cachent pas leurs ambitions pour Fedor et ses futurs petits frères. Elle devrait s'amarrer à l'ISS le 24 août 2019 à 5h30 UTC, soit 7h30 pour la France métropolitaine.

Fedor, aussi appelé Skybot F850 d'après son numéro d'identification, n'a pas été baptisé ainsi par hasard: sa transcription anglaise (Fiodor en russe) est en fait l'acronyme de "Final Experimental Demonstration Object Research" ("Objet de recherche et de démonstration expérimentale finale"). Il mesure 190 cm de haut et pèse 160 kg. Fedor possède en effet des comptes sur les réseaux sociaux, comme Instagram ou Twitter, depuis juillet dernier, où il est possible de suivre son apprentissage. L'humanoïde est particulièrement agile: dans une vidéo publiée par la Fondation, on le voit notamment scier du bois, ouvrir une porte avec une clef, serrer la main, ramper, utiliser un extincteur, monter les escaliers.

Ses opérations l'amèneront à manier un tournevis ou encore des clés, a précisé Alexandre Blochenko, directeur des programmes prometteurs à l'Agence spatiale russe (Roskosmos), dans un entretien au journal Rossiïskaïa Gazeta.

La Chine va taxer davantage les importations américaines, Trump hausse le ton
Toute une série de produits de grande consommation sont concernés, notamment électroniques. La Chambre de commerce américaine a rejeté cet appel.

Une fois arrivé sur l'ISS, où il est prévu qu'il reste pour 10 jours, Fiodor va tester ses capacités dans différentes situations, sous la supervision d'un cosmonaute humain.

Fedor n'est pas le premier robot à s'envoler vers le cosmos. En effet, le directeur de l'agence spatiale russe Roskosmos, Alexandre Blochenko, a expliqué que les robots pourraient non seulement assister les astronautes dans la vie quotidienne, mais aussi effectuer des sorties hors de l'ISS. Il est revenu en 2018 en raison de problèmes techniques. En 2013, le Japon a également envoyé son robot, Kirobo, en même temps que Koichi Wakata, tout premier commandant japonais de la station. Développé avec Toyota, Kirobo était capable de parler, mais uniquement en japonais. Dans l'avenir, nous comptons sur cette machine pour conquérir l'espace lointain, a-t-il déclaré lors de cette rencontre.

La conquête de l'espace prend décidément de nombreuses formes.

Malgré les promesses récentes très ambitieuses du Kremlin dans le domaine spatial, le secteur a enchaîné ces dernières années d'humiliants accidents et scandales de corruption.

Un robot humanoïde russe sera bientôt à bord de l'ISS