Mardi, 17 Septembre 2019
Dernières nouvelles
Principale » Imbroglio autour de "contacts" entre Washington et le camp Maduro — Venezuela

Imbroglio autour de "contacts" entre Washington et le camp Maduro — Venezuela

23 Août 2019

Une révélation que chaque camp veut présenter à son avantage.

S'il laisse entendre l'existence d'un dialogue entre les deux pays, cet échange interposé contraste avec les tensions diplomatiques régulières entre les deux pays, surtout depuis que Washington soutient officiellement l'autoproclamé président par intérim Juan Guaido, ne reconnaissant ainsi pas de légitimité à Nicolas Maduro, réélu président de la République bolivarienne du Venezuela au mois de mai 2018, avec 67,8 % des voix. Le président de l'Assemblée constituante vénézuélienne est pourtant accusé par les États-Unis de trafic de drogue, de détournement de fonds et de blanchiment d'argent.

Lundi, le chef du commandement Sud des Etats-Unis, l'amiral Craig Faller, a assuré que la marine américaine était prête "à faire le nécessaire" au Venezuela, après que Donald Trump a indiqué être prêt à envisager un embargo total du pays.

"On est en contact. Nous aidons le Venezuela du mieux que nous pouvons [.] Je ne veux pas citer de noms, mais nous parlons à un très haut niveau", a annoncé le 20 août le président américain Donald Trump, depuis la Maison Blanche.

Bayern - amende pour Renato Sanches, absent de l'entraînement
Et son souhait devrait être exaucé, lui qui pourrait très prochainement rejoindre la Ligue 1 . Mais l'appel de Renato Sanchez n'a pas été entendu que par les seuls recruteurs lillois.

Dans la foulée, Nicolas Maduro "confirme", à la radio et à la télévision de son pays, "qu'il existe depuis des mois des contacts entre des hauts fonctionnaires du gouvernement des Etats-Unis, de Donald Trump, et du gouvernement bolivarien" qu'il préside.

Résultat, Caracas a rompu ses relations diplomatiques avec les Etats-Unis lorsque l'administration Trump a adoubé en janvier Juan Guaido.

La Maison Blanche a tenté mercredi de balayer l'idée d'un dialogue entre Washington et sa bête noire vénézuélienne, Nicolas Maduro, en assurant que les contacts "à très haut niveau" avec Caracas évoqués par Donald Trump visaient en fait au "départ" du président socialiste. " Ceux qui nous contactent dans le dos de Maduro ne parlent que de son départ et d'élections libres ", a tweeté John Bolton, conseiller à la sécurité nationale du président Trump.

Le gouvernement américain a aussi laissé entendre qu'il œuvrait en coulisses à retourner des membres du camp Maduro. Et en mars, Washington a retiré tous ses diplomates. Il a ainsi levé ses sanctions visant l'ancien chef du renseignement vénézuélien Christopher Figuera, qui a tourné le dos au pouvoir de Caracas et fait défection, et il a promis d'en faire autant pour tous les futurs transfuges.

Imbroglio autour de