Vendredi, 13 Décembre 2019
Dernières nouvelles
Principale » Le dernier adieu du cinéma français à Jean-Pierre Mocky

Le dernier adieu du cinéma français à Jean-Pierre Mocky

12 Août 2019

Stanislas Nordey a expliqué qu'il "était difficile pour [lui] de construire une histoire avec lui [Jean-Pierre Mocky, ndlr] tant que [sa] mère était encore là ".

Les funérailles du réalisateur ont eu lieu lundi à l'église Saint-Sulpice, dans le VIe arrondissement de Paris.

Auteur de plus d'une soixantaine de films, dont "Un drôle de paroissien" avec Bourvil et "À mort l'arbitre" avec Michel Serrault et Eddy Mitchell, Jean-Pierre Mocky était considéré comme "l'anar" du cinéma français, toujours sur la brèche, sempiternel râleur et, avant tout, libre.

Le jeudi 8 août, le cinéaste Jean-Pierre Mocky s'est éteint à l'âge de 86 ans.

Apple étend son programme Bug Bounty à 1 million de dollars
A l'occasion de la conférence BlackHat 2019, Apple a annoncé une importante évolution de son programme bug bounty. Les chercheurs en sécurité ont toutefois hésité à aider Apple dans sa sécurité.

En présence du ministre de la culture, Franck Riester, de nombreux acteurs ont fait le déplacement: Michael Lonsdale (ci-dessus), Dominique Lavanant, Agnès Soral, Dominique Pinon, Daniel Russo, Benoît Magimel, Henri Guybet, Bernard Menez, Daniel Prévost, Elsa Zylberstein... Les chanteurs Richard Gotainer, Tom Novembre et le compositeur Vladimir Cosma ont pris également place dans l'église.

"Le tournage avec lui était un plaisir", a confié Dominique Lavanant, qui a joué dans plusieurs films du réalisateur. "Je me disais que cet homme était un grand artiste, pas forcément un père, qu'il avait besoin de consacrer tout son temps à son art - ce qu'aujourd'hui moi-même, en tant qu'artiste, je comprends tout à fait ". Il est temps que je m'arrête avant de l'entendre hurler de là-haut, non pas " moteur " mais " coupez!

"Au nom de ses enfants, sa fille Olivia Mokiejewski a salué " un regard critique qui réveillait un monde aseptisé ". "Il nous avait convaincus qu'il vivrait cent ans pour faire des films". S'il n'était "pas vraiment un père et un mari", il était "génial". "Son propos sans langue de bois lui a fermé quelques portes", a relevé l'un d'eux.

Le dernier adieu du cinéma français à Jean-Pierre Mocky