Jeudi, 5 Décembre 2019
Dernières nouvelles
Principale » 3 minutes pour comprendre la mobilisation contre Vladimir Poutine — Russie

3 minutes pour comprendre la mobilisation contre Vladimir Poutine — Russie

12 Août 2019

Des rassemblements ont eu lieu dans plusieurs autres villes.

Le rassemblement autorisé a été suivi par 49.900 personnes, selon l'ONG Compteur Blanc, qui réalise des comptages de manifestants, tandis que la police russe a donné le chiffre de 20.000.

Alors que la majorité des leaders d'opposition ont été emprisonnés, des dizaines de milliers d'opposants à Vladimir Poutine se sont rassemblés, samedi, à Moscou, pour dénoncer l'exclusion de candidats indépendants aux prochaines élections locales.

La Russie a convoqué vendredi un diplomate de l'ambassade des Etats-Unis à Moscou pour protester contre ce qu'elle considère comme une "ingérence" en faveur de l'opposition via des messages sur la manifestation de samedi dernier, réprimée par la police.

Pour la dernière manifestation autorisée par les autorités locales, le 20 juillet, plus de 20 000 personnes avaient répondu à l'appel sur cette même avenue Sakharov.

Parmi les leaders de l'opposition libérale, elle la seule est encore en liberté, échappant à la détention car elle a un enfant en bas âge. Les deux précédentes manifestations de l'opposition, le 27 juillet et le 3 août, n'avaient pas été autorisées et s'étaient soldées par respectivement 1400 et un millier d'interpellations. Mais vous savez quoi faire sans moi. "La Russie sera libre", a déclaré l'avocate.

Guerre commerciale : Donald Trump exprime la situation des négociations avec la Chine
Le Dow Jones à Wall Street s'enfonçait dans le rouge perdant jusqu'à 200 points en milieu de matinée après ces déclarations. Trump a ajouté: " On se porte bien mais on est menottés par la Fed ". "Nous ne sommes pas prêts à faire un accord (.)".

Si l'autorisation délivrée par la mairie de Moscou devrait permettre d'éviter les arrestations massives vues ces dernières semaines, l'équipe d'Alexeï Navalny a appelé à une marche en ville après le rassemblement. La police a prévenu qu'elle serait "immédiatement stoppée". A Saint-Pétersbourg (nord-ouest), 39 personnes ont été interpellées et six autres à Rostov-sur-le-Don (sud-ouest), selon l'ONG OVD-Info qui a aussi compté six interpellations à Moscou.

Le mouvement de contestation a débuté après le rejet, pour des prétextes douteux, de la candidature d'une soixantaine d'indépendants aux élections locales du 8 septembre, qui s'annoncent difficiles pour les candidats soutenant le pouvoir dans un contexte de grogne sociale.

Jour après jour, la ligne dure choisie par le pouvoir pour faire face à ce mouvement de contestation inattendu, inédit depuis le retour de Vladimir Poutine au Kremlin en 2012, semble s'affirmer.

Le durcissement du régime s'exprime aussi par les nombreuses perquisitions et peines de prison infligées à des opposants, tandis que les inculpations pour "troubles massifs" visant de simples manifestants se sont multipliées. "Ce que je comptais dire à la manifestation, c'est qu'ils ne nous font pas peur, ils ne seront pas capables de nous empêcher de revendiquer nos droits électoraux, ils ne seront pas capables de nous empêcher de manifester, parce que nous le ferons encore, régulièrement, jusqu'à ce que les autorités entendent les Moscovites".

Dans un article titré "Ils veulent du sang", le populaire tabloïd russe Komsomlskaïa Pravda a cité plusieurs personnalités du monde de la culture, notamment des recteurs d'université, mettant en garde contre les manifestations.

3 minutes pour comprendre la mobilisation contre Vladimir Poutine — Russie