Vendredi, 24 Janvier 2020
Dernières nouvelles
Principale » "Plus belle la vie" critiqué pour avoir pris parti

"Plus belle la vie" critiqué pour avoir pris parti

09 Août 2019

Habituée à traiter les sujets de société les plus brûlants, la production de Plus belle la vie a indiqué à l'AFP qu'elle n'avait pris connaissance des courriers que lundi et qu'elle répondrait aux associations. Dans l'épisode 3 847 diffusé le 23 juillet dernier, l'avocate célibataire Céline Frémont raconte avoir eu recours à une mère porteuse rencontrée en Angleterre et à un donneur de sperme anonyme. Il en discutera plus tard dans l'épisode avec une médecin favorable à la GPA. Son confident, Vincent, lui rappelle que la pratique est illégale en France avant d'en discuter avec une médecin plutôt favorable à la GPA.

Ce mardi 6 août d'après le Figaro, plusieurs associations féministes auraient saisi le CSA (Conseil Supérieur de l'Audiovisuel) pour dénoncer une "banalisation" du recours à une mère porteuse par "le biais d'arguments fallacieux". Dans un communiqué, la Coalition internationale pour l'abolition de la maternité de substitution reproche à Plus belle la vie "un parti pris très grave".

Et de réclamer que la production de "Plus belle la vie " rappelle, de façon explicite, l'interdiction de la GPA et évoque clairement les conclusions de la Rapporteuse spéciale des Nations-Unies.

Des associations et des syndicats demandent le confinement du site — Notre-Dame
Pour ce dernier enfant, une source d'exposition au plomb sans lien avec l'incendie a été découverte: le balcon de son logement. Cela pose " un problème de faisabilité ", a estimé mardi Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la mairie de Paris.

Reconnaissant que la série a la capacité à présenter les questions sociales avec nuance et une fine connaissance des sujets, elle dénonce aujourd'hui " un parti pris très grave (...) qui vise à rendre acceptable une pratique d'exploitation du corps des femmes, interdite en France et dans la plupart des pays d'Europe ".

Si la série "Plus belle la vie" fait les belles heures de France 3, l'une des dernières intrigues de la saga fait actuellement polémique.

"Que le scénario prévoit une pirouette pour esquiver, in fine, le dénouement de ce cas de recours à la GPA, qui se révélera être une escroquerie, n'exonère pas la production de la série de sa responsabilité quant à la mise en avant médiatique d'un acte répréhensible", poursuivent les associations dans leur communiqué. Une quinzaine de saisines ont été déposées, a confirmé le régulateur. "On va poser la question de la marchandisation du corps, à laquelle on est très sensibles, a expliqué Sébastien Charbit, le producteur de la série". "On ne fait que poser des questions qui animent la société", dans une démarche "pédagogique" et documentée, s'est-il défendu. L'histoire va se dérouler sur quatre semaines avec plusieurs points de vue, comme toujours dans Plus belle la vie.