Mardi, 22 Septembre 2020
Dernières nouvelles
Principale » Toulouse: nouvelles actions anti-Ceta contre des permanences parlementaires

Toulouse: nouvelles actions anti-Ceta contre des permanences parlementaires

04 Août 2019

Dans la nuit de jeudi à vendredi, à l'initiative de la FDSEA 31, une vingtaine d'entre eux ont déversé du fumier devant les permanences LREM des députées Monique Iborra et Corinne Vignon, ainsi que devant la préfecture de Haute-Garonne. En première ligne, les parlementaires LREM Monique Iborra et Corrine Vignon coupables, à leurs yeux d'avoir voté en faveur du Ceta, un traité de libre échange entre le Canada et l'Union Européenne.

Stanislas Guerini a déploré, dans un tweet, ces tags sur sa permanence dans le 17e arrondissement de la capitale qui "s'ajoutent à une série trop longue de lieux de démocratie endommagés".

Stanislas Guerini explique quant à lui que sa " permanence sera toujours ouverte à celles et ceux qui veulent dialoguer ". "On est juste venu lui dire que si elle est sourde à nos appels, on ne voit pas l'intérêt à ce qu'elle continue à être députée", a affirmé Christian Mazas, président de la FDSEA 31. Jeudi soir, l'entrée de la permanence de la députée LREM Corinne Vignon à Toulouse a été murée de parpaings, du fumier a été déversé devant la permanence d'une autre députée LREM, Monique Iborra, puis devant la préfecture de Haute-Garonne. Un peu plus tôt dans la semaine, les députés de Haute-Garonne avaient été conviés à une discussion avec les agriculteurs autour du CETA.

2 tonnes de fumier devant l'immeuble où travaillent médecins dentistes et d'autres professions qui reçoivent du public, c'est aussi irresponsable qu'inutile.

Pays-Bas: début de l'interdiction de la burqa dans les espaces publics
Jeudi 1août, la loi sur l'interdiction du port de la burqa et du niqab, le voile intégral , est entrée en vigueur aux Pays-Bas. Pareillement, la Belgique, le Danemark et l'Autriche ont adopté une législation similaire, indique l'agence .

Cibles d'insultes ou de violences au plus fort de la crise des gilets jaunes cet hiver, les parlementaires sont aujourd'hui de nouveau visés, en particulier les députés LREM ayant voté le 23 juillet en faveur de la ratification du Ceta. De fait, l'ensemble des élus de la majorité ont eu des mots particulièrement durs ces derniers jours envers les actions de ceux qui ont saccagé les permanences de leur parti. Mais ce texte n'a pas été lu que certaines de leurs permanences étaient prises pour cibles d'actes agricoles militant contre l'accord entre l'EU et le Canada.

Dans le Val-d'Oise, trois permanences de députés LREM ont été taguées en 24 heures. "CETA vomir", "LREMERDE" ou encore "ACAB" ("All cops are bastards") ont été bombés à la peinture noire sur la façade des bâtiments.

Le patron de LREM avait adressé samedi son soutien à Romain Grau, député LREM des Pyrénées-Orientales, dont la permanence a Perpignan avait été saccagée en marge d'une manifestation des gilets jaunes ainsi qu'à ses collègues Jean-Baptiste Moreau à Guéret (Creuse) et encore Barbara Bessot-Ballot à Vesoul (Haute-Saône).

Toulouse: nouvelles actions anti-Ceta contre des permanences parlementaires