Mardi, 22 Septembre 2020
Dernières nouvelles
Principale » Nouveau rassemblement prévu après les violences de samedi — Hong Kong

Nouveau rassemblement prévu après les violences de samedi — Hong Kong

28 Juillet 2019

La veille, de violents incidents ont éclaté à Yuen Long, ville proche de la frontière chinoise, à l'issue d'une manifestation interdite rassemblant des dizaines de milliers de personnes qui ont protesté pacifiquement contre l'agression de militants prodémocratie le dimanche précédent attribuée à des triades, des gangs violents. "Donc je ne crois pas que ce soit un rassemblement illégal, je suis juste venue en tant qu'individu pour exprimer ce que je pense".

Des hommes vêtus de tee-shirts blancs, armés de battes et de bâtons, ont passé à tabac dimanche dernier des manifestants antigouvernementaux qui rentraient chez eux après une manifestation, dans une station et une rame de métro à Yuen Long.

Mais en soirée des face-à-face tendus ont opposé des groupes de manifestants souvent casqués à la police anti-émeutes qui a utilisé du gaz lacrymogène et des balles en caoutchouc avant de charger à la matraque.

Au moins neuf personnes ont été blessées, dont cinq gravement, selon des sources hospitalières. Yuen Long est une ville des Nouveaux territoires où les gangs et les comités ruraux pro-Pékin sont très influents. Une autre manifestante a dit vouloir montrer que "nous n'avons pas peur".

Dans le cortège, les manifestants se protégeaient avec des parapluies et s'éparpillaient dès qu'une salve de gaz lacrymogène était tirée dans leur direction.

La foule s'est rassemblée dans la mégapole dimanche après-midi et, alors que la police n'avait autorisé qu'un rassemblement statique dans un parc, s'est vite éparpillée pour marcher dans les rues.

Transfert : Clinton Njié signe au Dynamo Moscou
Dans cette vidéo qui dure plus d'une minute, on y voit l'ancien joueur de Marseille Alisha Barry, une modèle. L'international camérounais Clinton Njie a passé la visite médicale au FC Dynamo de Moscou.

Dimanche est prévue une autre manifestation dans un quartier de Hong Kong où la police anti-émeute a tiré la semaine dernière des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc sur des manifestants qui s'en étaient pris au Bureau de liaison du gouvernement chinois à Hong Kong.

Hong Kong, haut lieu de la finance internationale, est plongé depuis le 9 juin dans la pire crise de son histoire récente.

Ils avaient jeté des oeufs et inscrit des graffitis sur la façade, un nouveau défi à l'autorité de Pékin après le saccage début juillet du Parlement hongkongais.

Le mouvement est parti du rejet d'un projet de loi désormais suspendu visant à autoriser les extraditions vers la Chine puis s'est élargi à des revendications plus larges de réformes démocratiques, sur fond d'inquiétude générée par l'ingérence jugée grandissante de Pékin dans les affaires intérieures de l'ancienne colonie britannique rétrocédée à Pékin en 1997.

Pékin a condamné les violences "absolument intolérables" mais laisse les autorités locales régler seules la crise.

Sur Twitter, un reporter de Bloomberg a observé un rassemblement d'une centaine de personnes devant une boulangerie: pour contourner l'interdiction de manifester, ils ont décidé de s'arrêter au même endroit pour acheter du lo po bing, une pâtisserie traditionnelle de Hong-Kong.

Nouveau rassemblement prévu après les violences de samedi — Hong Kong