Mardi, 20 Août 2019
Dernières nouvelles
Principale » Les laits hypoallergéniques pour bébés ne diminuent pas le risque d'allergie

Les laits hypoallergéniques pour bébés ne diminuent pas le risque d'allergie

27 Juillet 2019

L'Inra et l'Inserm remettent sérieusement en cause l'utilité des préparations infantiles hypoallergéniques. Ce type de fragmentation a pour but d'empêcher le bébé de développer des allergies. Ils ont suivi pendant deux ans 15 000 enfants qui y participaient, et les résultats ont été publiés fin juin 2019 dans la revue Pediatric Allergy and Immunology. Elle vise à mieux comprendre comment l'environnement affecte le développement, la santé, la socialisation et les parcours scolaires des enfants.

Les nouveau-nés qui présentent un terrain propice aux allergies ou qui ne sont pas nourris exclusivement au sein se voient parfois prescrire des laits hypoallergéniques pour réduire les risques.

Sceptique sur l'efficacité de ces laits infantiles, une équipe de chercheurs de l'Institut national de recherche agronomique (INRA) et de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) s'est penchée sur le sujet. Leur effet protecteur est censé s'expliquer par le fait qu'ils contiennent des protéines de lait fragmentées en petits morceaux. Mais l'efficacité de ces préparations est controversée: " trop peu de données sont disponibles sur leur influence dans la prévention des allergies en conditions réelles d'utilisation ".

Les préparations dites "hypoallergéniques" sont censées protéger les enfants à risque de développer des allergies. Ainsi, les sociétés suisse et américaine de pédiatrie ont retiré leurs recommandations pour ces produits.

D'après l'étude, les chercheurs "n'ont observé aucun effet protecteur de ces produits contre d'éventuelles manifestations allergiques comparativement aux préparations infantiles classiques".

Brexit - Michel Barnier : les demandes de Boris Johnson sont "inacceptables"
Ainsi, l'ex-ministre des Finances Philip Hammond a annoncé qu'il était prêt à "tout " pour empêcher un Brexit sans accord . Une " absence d'accord ne sera jamais le choix de l'UE, mais nous devons tous être prêts pour tous les scénarios ".

Car ces résultats provenant d'observations, devront " être complétés par de nouvelles études ", et ne permettent pas tels quels d'établir de lien de causalité.

Les chercheurs français soulignent la nécessité de réaliser désormais des études cliniques sur ces préparations avant de promouvoir leur potentiel effet hypoallergénique.

Actuellement, le marché européen du lait infantile est le plus réglementé et surveillé des marchés alimentaires, mais l'attention est surtout portée sur la sécurité sanitaire.

Les chercheurs ont montré que 5% des enfants de l'échantillon qui consommaient du lait infantile à l'âge de deux mois recevaient des préparations hypoallergéniques. "Pourtant, la moitié d'entre eux n'a aucun antécédent familial d'allergie qui justifierait leur prescription", expliquent les chercheuses. Pire et plus surprenant encore, l'utilisation à 2 mois de préparations infantiles hypoallergéniques chez des enfants sans signe d'allergie à cet âge était associée, dans les années qui suivent, à un risque plus élevé de sifflements respiratoires et d'allergies alimentaires.

Les laits hypoallergéniques pour bébés ne diminuent pas le risque d'allergie