Mardi, 22 Septembre 2020
Dernières nouvelles
Principale » Un élu américain réclame une enquête du FBI sur l’application russe — FaceApp

Un élu américain réclame une enquête du FBI sur l’application russe — FaceApp

18 Juillet 2019

Les inquiétudes concernant la vie privée ont été aussi promptes à surgir concernant le fait que l'application télécharge les photos des utilisateurs sur ses serveurs.

Elle a soudainement connu un regain de popularité alors que les images de célébrités et d'inconnus avec rides et cheveux blancs se répandaient à toute vitesse sur internet. Elle est actuellement l'application gratuite la plus téléchargée sur Google Play, ou elle a séduit plus de 100 millions d'utilisateurs.

Grâce à sa retouche automatique pour se vieillir, FaceApp, disponible sur AppStore et PlayStore, était, selon Le Huff Post, en tête des classements des applications les plus téléchargées mercredi 17 juillet.

"Le FBI et la FTC [l'entité qui protège les consommateurs aux Etats-Unis] doivent immédiatement évaluer les risques pour la sûreté nationale et la vie privée car des millions d'Américains ont utilisé [FaceApp]", a déclaré Chuck Schumer dans un tweet. Toutefois, afin de pouvoir utiliser l'application, les utilisateurs doivent fournir à l'entreprise un accès complet et irrévocable à leurs photos et données personnelles. La localisation de Wireless Lab à Saint-Petersbourg a aussi alimenté les craintes, en particulier aux Etats-Unis, où les soupçons d'ingérence de la Russie dans la politique intérieure occupent l'actualité depuis l'élection de Donald Trump. Reste que, selon Le Figaro, l'application n'est pas en règle avec le Règlement européen des données personnelles puisque ses conditions d'utilisation n'ont pas été modifiées depuis l'entrée en vigueur de la RGPD.

Macron a demandé à de Rugy "toute la clarté"
Un corps expéditionnaire français était allé au secours de l'armée serbe et Français et Serbes avaient combattu ensemble. Il espère que ses démarches seront terminées avant la fin du mois de juillet.

Il n'est pas le seul à s'inquiéter.

Les responsables démocrates, dont certains ont été la cible de hackers russes pendant la campagne pour l'élection présidentielle de 2016, sont particulièrement sensibles à toute surveillance possible de la part de Moscou. Il a aussi affirmé que les données des utilisateurs n'étaient pas transférées en Russie. Il a assuré dans une interview au journal américain que l'application n'utilisait pas les photos pour d'autres utilisations que l'application et que la plupart des photos étaient détruites de ses serveurs dans les 48 heures après leur téléchargement. Comme l'explique le site Guizmodo, FaceApp ne se contente pas d'appliquer un filtre sur la photo pour la modifier: elle mobilise un réseau de neurones artificiels, qui utilise les photos présentes sur le téléphone de l'utilisateur pour isoler les traits constants de son visage et le modifier de manière réaliste. La même année, l'application avait dû supprimer une fonctionnalité permettant à l'utilisateur de changer son origine ethnique.

Le Comité pour l'investissement étranger (CFIUS) craignait que des utilisateurs américains ne soient victimes de chantage si le gouvernement chinois exigeait des données.

Le groupe chinois de jeux en ligne Kunlun Tech devenu propriétaire de l'application de rencontres pour homosexuels Grindr s'est ainsi vu ordonner par les autorités américaines de la céder et a annoncé mi-mai un accord avec Washington pour la revendre d'ici juin 2020.

Un élu américain réclame une enquête du FBI sur l’application russe — FaceApp