Mardi, 22 Septembre 2020
Dernières nouvelles
Principale » Immigration: "Débordés", les USA veulent verrouiller l'asile - Monde

Immigration: "Débordés", les USA veulent verrouiller l'asile - Monde

17 Juillet 2019

L'administration américaine a annoncé lundi qu'elle allait rejeter, les demandes d'asile formulées à sa frontière sud par les migrants n'ayant pas requis le statut de réfugié au Mexique ou dans un autre pays par lequel ils ont transité pendant leur périple vers les Etats-Unis.

Plusieurs associations de défense des migrants ont demandé mardi à la justice de bloquer la décision du gouvernement de Donald Trump de verrouiller l'asile à la frontière sud des Etats-Unis.

Le gouvernement use de son pouvoir légal, tel que conféré par le Congrès, a toutefois estimé le secrétaire à la Justice William Barr dans un communiqué.

Il s'agit d'une mesure intérimaire en attendant que le Congrès révise les lois migratoires du pays, a précisé le secrétaire à la Sécurité intérieure par intérim, Kevin McAleenan.

Il existe quelques exceptions: si quelqu'un a été victime de traite de personne, si le pays que le migrant a traversé n'a pas signé l'un des principaux traités internationaux régissant la gestion des réfugiés (bien que la plupart des pays occidentaux l'aient signé) ou si un demandeur d'asile a demandé à être protégé dans un pays, mais a été refusé, un migrant peut alors toujours demander l'asile aux États-Unis.

Le président républicain, qui a fait de la lutte contre l'immigration illégale une de ses priorités, cherche à la fois à endiguer les flux et à augmenter les expulsions de clandestins. "Nous allons être très vigilants sur le respect du principe de non-refoulement, conformément au droit international en vigueur", a-t-il ajouté.

On sait que Donald Trump est déjà en campagne de réélection.

Tour de France : suivez en direct l'étape 11 entre Albi et Toulouse
Le Français Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) est le porteur du maillot jaune de leader du classement général. Découvrez le profil de la 11eme étape du Tour de France 2019, qui reliera Albi à Toulouse sur 167 kilomètres.

Depuis mars, plus de 100 000 personnes ont été arrêtées chaque mois après être entrées clandestinement aux Etats-Unis.

Originaires en grande majorité de pays pauvres et violents d'Amérique centrale, Guatemala, Salvador et Honduras en tête, ces migrants déposent généralement une demande d'asile qui leur permet de se maintenir sur le territoire américain le temps de l'examen de leur dossier par un juge de l'immigration.

La police migratoire devait commencer dimanche une vague d'arrestations de grande ampleur visant les familles, mais elle n'a pas semblé se matérialiser dans l'immédiat.

Malgré cette baisse, les postes des garde-frontières et les centres de rétention sont totalement engorgés, et les conditions de vie en leur sein font l'objet de nombreuses critiques.

Ils ont séparé les familles, mis les enfants dans des cages, fait des descentes de police dans des maisons, a tweeté Beto O'Rourke, l'un des prétendants à l'investiture démocrate pour 2020, après l'annonce de la nouvelle règle sur l'asile.

La plainte rappelle que les lois américaines permettent de renvoyer des demandeurs d'asile vers des pays tiers considérés comme "sûrs" mais seulement en cas d'accord bilatéral.

Le gouvernement américain presse le Mexique et d'autres pays de signer des accords en ce sens, mais se heurte à de fortes réticences. La Cour constitutionnelle du Guatemala a ainsi bloqué dimanche la conclusion éventuelle d'un tel accord dans l'immédiat.

Immigration: