Samedi, 24 Août 2019
Dernières nouvelles
Principale » La grève de la Sépaq pourrait toucher deux parcs de l'Abitibi-Témiscamingue

La grève de la Sépaq pourrait toucher deux parcs de l'Abitibi-Témiscamingue

11 Juillet 2019

Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) annoncera plus tard mercredi que de nouvelles perturbations des syndiqués qui travaillent à la Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ) se produiront pendant les vacances de la construction.

Le vice-président du SFPQ, Patrick Audy avait déclaré que si les négociations piétinaient, la grève pourrait toucher d'autres établissements, notamment les réserves fauniques et les parcs nationaux pendant les deux semaines de vacances de la construction qui débuteront le 22 juillet. Parmi les parcs avoisinants qui seront touchés par la grève, a noté ceux du Parc national du Bic, de Miguasha, de l'île-Bonaventure et du Rocher-Percé, de la Gaspésie et du Gîte du Mont-Albert.

La grève du 17 juillet concernera quant à elle le Manoir Montmorency et le Parc de la Chute-Montmorency, le siège social, le camping des Voltigeurs, ainsi que les centres touristiques du Lac-Kénogami et du Lac-Simon.

"Visiblement, François Legault est insensible à la réalité des petits salariés du Québec".

Dix-huit personnes interpellées dans un vaste trafic de cocaïne — Marseille
Les suspects, âgés de 27 à 51 ans, avaient été interpellés en début de semaine dernière. Ces malfaiteurs étaient visiblement très bien équipés.

Selon le syndicat, les dernières offres patronales sont jugées inacceptables, voire même ridicules, par le comité de négociation.

Malgré une prolongation de la convention collective et des négociations qui durent depuis plus de 5 mois, le mouvement syndical affirme qu'il est temps de hausser le ton. "Les augmentations de salaire proposées ne couvrent même pas la hausse du coût de la vie", a-t-elle rappelé.

1500 travailleurs seront alors en grève. Il s'agit d'un pourcentage historique de la part des membres de la Sépaq.

La grève de la Sépaq pourrait toucher deux parcs de l'Abitibi-Témiscamingue