Lundi, 16 Septembre 2019
Dernières nouvelles
Principale » Pétrolier bloqué à Gibraltar : Téhéran promet de répliquer

Pétrolier bloqué à Gibraltar : Téhéran promet de répliquer

10 Juillet 2019

Les Royal Marines britanniques ont saisi la semaine dernière à Gibraltar un pétrolier, le Grace 1, soupçonné de transporter du pétrole pour la Syrie, en violation des sanctions imposées par l'UE. "Nous devons tous faire en sorte d'assurer la pleine sécurité des routes maritimes à l'échelle mondiale", a-t-il ajouté.

Le Grace 1 a été arraisonné jeudi au large du territoire britannique de Gibraltar, à l'extrême sud de l'Espagne, à la suite d'une opération que l'Iran qualifie d'acte de "piraterie" en haute mer.

L'arraisonnement du pétrolier "crée un dangereux précédent et doit cesser maintenant", a pour sa part affirmé le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif.

L'Europe est censée être "contre l'extraterritorialité", contrairement aux États-Unis, a-t-il écrit.

La mention "surdosage = danger" sera obligatoire sur les boîtes de paracétamol
Qui n'a jamais avalé un comprimé de paracétamol pour calmer une rage de dent, un état grippal, des règles douloureuses... Il est impératif de consulter votre médecin pour savoir si oui ou non vous pouvez poursuivre la prise du traitement.

"La capture du pétrolier iranien sur la base d'excuses fabriquées (...) ne restera pas sans réponse et lorsque cela sera nécessaire, Téhéran donnera une réponse appropriée", a déclaré Bagheri.

Selon Sputnik, l'agence de presse russe, qui cite une source aux Affaires Etrangères iraniennes, le Grace 1 ne se dirigeait pas vers la Syrie. "La saisie illégale d'un navire transportant du pétrole iranien pour le compte de la #B_Team s'apparente purement et simplement à de la piraterie. Ça, c'est ce que font les États-Unis", a assuré sur Twitter M. Bildt, désormais co-président du think tank Conseil européen pour les relations internationales (ECFR). Lundi, le ministre de la défense iranien, Amir Hatami a affirmé que son pays ne restera pas silencieux à ce sujet.

Téhéran a exigé la libération "immédiate" du navire, mais la justice britannique a autorisé son immobilisation jusqu'au 19 juillet.

Pétrolier bloqué à Gibraltar : Téhéran promet de répliquer