Lundi, 16 Septembre 2019
Dernières nouvelles
Principale » Le mandat de Powell (Fed) n'est pas menacé (conseiller Maison Blanche) — USA

Le mandat de Powell (Fed) n'est pas menacé (conseiller Maison Blanche) — USA

10 Juillet 2019

Le fait que M. Powell a choisi de mettre l'accent sur les risques qui pèsent sur l'économie américaine plutôt que sur sa résilience est de nature à favoriser l'hypothèse d'autres baisses des taux, ce qui pèse sur le dollar. Pour le bouillant président, qui brigue sa réélection en 2020, sans les hausses des taux de la Fed intervenues à la fin de l'année, les indices boursiers seraient beaucoup plus élevés et la croissance de l'économie américaine pourrait atteindre "4%, voire 5%", une envolée contestée par nombre d'économistes.

Lors de leur réunion de politique monétaire de juin, les responsables de la banque centrale ont déclaré que ces tensions pourraient les conduire à baisser les taux d'intérêt; depuis, écrit Jerome Powell, "sur la base des nouvelles données disponibles et d'autres évolutions, il apparaît que les incertitudes autour des tensions commerciales et les inquiétudes sur la vigueur de l'économie mondiale continuent de peser sur les perspectives aux Etats-Unis".

Le poste de Jerome Powell n'est toutefois pas menacé, a affirmé mardi le conseiller économique en chef de la Maison Blanche Larry Kudlow.

"Si vous receviez un coup de fil du président aujourd'hui vous disant qu'il vous renvoie, que vous devez partir, que feriez-vous?", lui a demandé Maxine Waters, la présidente de cette Commission. "Vous n'emballeriez pas vos affaires pour partir?". "La possibilité d'une non-action commence à affleurer et avec elle les craintes de devoir rétribuer l'excès d'optimisme qui règne depuis plusieurs semaines", ajoute-t-il.

Tout en semblant identifier les risques d'un ralentissement qui pourrait justifier une baisse des taux d'intérêt par mesure de précaution, Jerome Powell s'est gardé de s'engager plus précisément sur une date.

Mercato : quel avenir pour Kevin Trapp, de retour au PSG ?
Prêté par le Paris Saint-Germain, il devrait cependant revenir en France. "J'ai déjà eu une très bonne conversation avec Leonardo, le nouveau directeur sportif du PSG.

L'institution doit se réunir les 30 et 31 juillet, et les acteurs du marché tablent depuis la publication de ce rapport sur une politique monétaire moins accommodante qu'anticipé quelques semaines auparavant.

De plus, le patron de la Fed a relevé le dynamisme de la consommation, traditionnel moteur de l'économie américaine.

Mais M. Powell a aussi décrit une économie demeurant robuste, ce qui ne plaide pas pour un repli des taux.

Au premier trimestre, la croissance a affiché 3,1% en rythme annuel et le chiffre clé de la première estimation de l'activité du deuxième trimestre doit être publiée le 26 juillet. A contrario, les investissements des entreprises ont ralenti, ce "qui reflète peut-être les inquiétudes autour des tensions commerciales et la plus lente croissance mondiale", a-t-il commenté.

La Fed a relevé les taux d'un quart de point (0,25%) pour la dernière fois en décembre 2018.

Le mandat de Powell (Fed) n'est pas menacé (conseiller Maison Blanche) — USA