Lundi, 21 Octobre 2019
Dernières nouvelles
Principale » Cinq nouvelles arrestations après des affrontements — Hong Kong

Cinq nouvelles arrestations après des affrontements — Hong Kong

09 Juillet 2019

Un rassemblement organisé devant une gare controversée d'où partent des trains à grande vitesse pour la Chine continentale, et à l'issue duquel la police anti-émeutes a chargé un groupe de protestataires.

Le 1er juillet, jour anniversaire du retour de Hong Kong à la domination chinoise, les manifestants ont assiégé et saccagé le bâtiment législatif au cœur de la ville avant d'être repoussés par la police tirant avec des gaz lacrymogènes.

Depuis des semaines, le territoire semi-autonome est plongé dans une profonde crise politique déclenchée par un projet de loi autorisant les extraditions vers la Chine. "Les Hongkongais ont manifesté pacifiquement contre la loi sur les extraditions, et en conséquence sont passés à tabac par la police", a déclaré Joshua Wong, visage du mouvement pro démocratie de 2014 fraîchement sorti de prison.

Depuis lundi matin, de nombreux messages appelant à de nouvelles actions se propagent dans les forums en ligne et les groupes de messagerie privée dont les manifestants se servent depuis le début du mouvement pour mobiliser.

En Chine, les informations sont lourdement censurées par la "grande muraille informatique". Les manifestations de Hong Kong y sont présentées comme violentes, résultant d'un complot ourdi de l'étranger pour déstabiliser la mère patrie, pas comme un mouvement populaire massif contre la mainmise croissante de Pékin sur la ville.

Des manifestants réclament toujours la démission de la cheffe de l'exécutif pro-Pékin de Hong Kong, Carrie Lam. Celle-ci fait l'objet de critiques acerbes pour avoir présenté un projet de loi impopulaire qui permettrait l'extradition de suspects vers la Chine, ce qui a fait naître de plus en plus de crainte que la Chine érode les libertés de Hong Kong.

Beijing a mis tout son poids dans la balance pour soutenir les autorités, réclamant une enquête pénale contre les personnes impliquées dans les violences.

Alerte aux orages dans 23 départements de l'Alsace au sud-ouest
L'intensité des pluies associées reste forte mais ces orages étant mobiles, le risque de cumuls importants est dorénavant limité. La qualité de l'air sera meilleure ce dimanche, jugée " moyenne " par Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, avec un indice à 56.

La nouvelle gare de West Kowloon a été ouverte en septembre pour connecter Hong Kong avec le réseau ferroviaire à grande vitesse chinois. Seuls les passagers déjà munis de billets ont été autorisés à entrer dans le complexe et la vente de nouveaux billets a été suspendue.

La gare est dénoncée par ses contempteurs comme le cheval de Troie de la Chine car les lois chinoises s'y appliquent dans certaines zones. Pékin a aussi juridiction sur les quais alors que West Kowloon est à des kilomètres de la frontière, située au nord.

Les organisateurs ont évalué la foule à 230 000 personnes, tandis que la police fait plutôt état de 56 000 manifestants. Ils n'ont aucune intention d'occuper la gare, a-t-il assuré.

La Constitution de Hong Kong dispose que la législation chinoise ne s'applique pas au territoire, sauf dans certains domaines comme la défense.

Hong Kong est régie selon une formule "un pays, deux systèmes" depuis son retour de la domination britannique à la Chine en 1997, permettant des libertés non jouies en Chine continentale, notamment le droit de manifester et un pouvoir judiciaire indépendant.

Les esprits ont été particulièrement marqués ces dernières années par la disparition de libraires dissidents réapparus ensuite en détention sur le continent, la disqualification de députés de l'opposition, l'expulsion de facto d'un journaliste étranger et les peines de prisons infligées aux leaders du mouvement prodémocratie.

Cinq nouvelles arrestations après des affrontements — Hong Kong