Mardi, 11 Août 2020
Dernières nouvelles
Principale » Afrique/Économie Patrice TALON, présent au 12e sommet extraordinaire de l'UA à Niamey

Afrique/Économie Patrice TALON, présent au 12e sommet extraordinaire de l'UA à Niamey

07 Juillet 2019

Patrice TALON, aux côtés des autres chefs d'État et de gouvernements de l'UA devra, durant ce sommet, régler certains points importants à savoir, l'harmonisation des règles commerciales à l'échelle du continent; les modalités sur la libre circulation des personnes et des biens, la définition des produits exemptés des droits de douane, le financement de la ZLECAF ou encore la désignation du pays qui doit abriter le siège de l'institution.

Niamey dans ses meilleurs revêtements, aéroport flambant neuf, routes élargies, nouveaux hôtels et bâtiments imposants, accueille dans le cadre de cette rencontre de haut niveau environ 45.000 personnes, dont 32 chefs d'Etat et plus d'une centaine de ministres.

Le géant nigérian, réticent jusque-là, et son voisin le Bénin ont signé l'accord dimanche en ouverture du sommet, sous les applaudissements de leurs homologues. En témoigne, l'implication de notre pays et de son premier Président de la République, feu Félix HOUPHOUËT- BOIGNY, dans la création des Organisations comme le Conseil de l'Entente, l'UEMOA, la CEDEAO et l'Union Africaine.

Wall Street ouvre en baisse après le rapport sur l'emploi
Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 8,44 points (-0,1%) à 8.161,79. JPMorgan Chase prenait 0,28%, Bank of America 0,55% et Citigroup 0,38%.

Ratifié à date par 22 sur les 55 pays membres de l'UA, cet accord a été porté en 2012, rappelons-le, par le président rwandais Paul Kagame avant de se voir confié au président Mahammadou Issoufou du Niger. Seule l'Érythrée n'a pas signé l'accord. Ce sera sans doute là, l'un des objectifs de ce sommet. Le marché devait être actif à partir de 2020. "Aucun pays ne va tout libéraliser [d'un coup]", souligne-t-il, précisant que le processus devrait s'étendre sur plusieurs années.

Cette zone tant attendue va créer des emplois, contribuer au transfert des technologies, développer de nouvelles compétences, canaliser davantage d'investissements vers l'Afrique et, enfin, améliorer les capacités de production des Etats du continent, a-t-elle énuméré. L'UA estime que sa mise en œuvre permettra d'augmenter de près de 60 % d'ici à 2022 le commerce intra-africain, alors que les détracteurs du projet évoquent le manque de complémentarité des économies et craignent que des importations bon marché ne portent préjudice aux petits producteurs agricoles et industriels.

Afrique/Économie Patrice TALON, présent au 12e sommet extraordinaire de l'UA à Niamey