Vendredi, 3 Juillet 2020
Dernières nouvelles
Principale » Nucléaire : l'Iran a dépassé le stock autorisé d'uranium faiblement enrichi

Nucléaire : l'Iran a dépassé le stock autorisé d'uranium faiblement enrichi

02 Juillet 2019

Ni l'AIEA, ni Mohammad Javad Zarif n'ont précisé le niveau actuel des réserves d'uranium enrichi iraniennes, mais un diplomate en poste à Vienne aurait précisé à l'AFP que celles-ci avaient été mesurées en excès de deux kilogrammes.

L'Iran a décidé de s'affranchir des limites fixées par l'accord de 2015 (dont Washington s'est retiré) en matière d'uranium faiblement enrichi.

Ces développements interviennent alors que la tension est montée d'un cran il y a deux semaines entre Washington et Téhéran, à la suite de la destruction d'un drone américain par les forces iraniennes, qui ont affirmé que l'appareil avait violé l'espace aérien de la République islamique, près du détroit d'Ormuz.

La question est désormais de savoir quelles seront les conséquences du dépassement annoncé lundi par l'Iran.

Le Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, avait réclamé le 17 juin l'application immédiate du mécanisme de sanctions inscrit dans l'accord de 2015 au moindre écart de la République islamique.

Cette nouvelle intervient quelques jours après que l'envoyé iranien à la réunion des signataires de l'accord nucléaire de 2015 a déclaré que les pays européens avaient fait peu d'efforts lors des derniers pourparlers pour convaincre Téhéran de renoncer à ses projets d'enfreindre les limites imposées.

Le dépassement de la limite "suscite le regret, mais il ne faut pas dramatiser", a réagi Moscou par la voix du vice-ministre des Affaires étrangères russe, Sergueï Riabkov, qui a appelé les Européens à "ne pas envenimer la situation" et Téhéran "à se conduire de manière responsable".

Windows 10 : Cortana va devenir une application séparée à télécharger
Microsoft pourrait retirer son assistant virtuel de son système d'exploitation et le reléguer à une " simple " application. La présence d'une application bêta Cortana sur le Microsoft Store est à l'origine de cette rumeur.

Le chef de la diplomatie britannique Jeremy Hunt a lui exhorté "l'Iran à ne plus s'éloigner de (l'accord) et à se conformer de nouveau à ses obligations".

Les grandes puissances encore liées à l'accord (Allemagne, Chine, France, Royaume-Uni, Russie) se sont réunies le 28 juin à Vienne pour tenter de sauver ce texte destiné à garantir le caractère strictement pacifique du programme nucléaire iranien.

En riposte à la décision du président américain, Donald Trump, de sortir son pays unilatéralement de ce pacte en mai 2018 et de réimposer des sanctions contre l'Iran, Téhéran avait annoncé le 8 mai qu'elle ne se sentait plus tenue par deux seuils fixés par l'accord: celui imposé à ses réserves d'eau lourde (130 tonnes) et celui limitant son stock d'uranium faiblement enrichi (300 kilos).

Mais le retour des sanctions américaines a pour effet d'isoler presque totalement l'Iran du système financier international et de lui faire perdre la quasi-totalité de ses acheteurs de pétrole.

A la fin de la rencontre, l'Union européenne avait annoncé pour sa part qu'Instex, le mécanisme de troc conçu par Berlin, Londres et Paris pour aider l'Iran à contourner les sanctions, était enfin "opérationnel" et que les premières transactions étaient "en train d'être traitées".

M. Zarif a néanmoins estimé lundi qu'Instex ne répondait "pas aux exigences" de Téhéran "ni aux obligations" incombant aux Européens.

Nucléaire : l'Iran a dépassé le stock autorisé d'uranium faiblement enrichi