Lundi, 13 Juillet 2020
Dernières nouvelles
Principale » Militants écolos gazés: Castaner veut des explications

Militants écolos gazés: Castaner veut des explications

01 Juillet 2019

Castaner exige des explicationsPour sa part, le ministre français de l'Intérieur, Christophe Castaner, a demandé au préfet de police de Paris de lui faire un rapport sur les modalités de l'évacuation de cette manifestation, informe l'AFP.

La scène a été filmée par plusieurs journalistes sur place, et les images partagées des milliers de fois sur les réseaux sociaux, suscitant l'indignation de nombreux internautes, jusqu'à l'autre bout du monde.

Plusieurs séquences tournées vendredi montrent les forces de l'ordre aspergeant de gaz lacrymogène des militants d'Extinction Rebellion participant à un sit-in pacifique sur le pont de Sully. Des militants écologistes d'Extinction Rebellion ont violemment été évacués par des CRS lors d'un rassemblement pour le climat qui avait lieu ce vendredi sur le pont de Sully à Paris. Né au Royaume-Uni, ce mouvement prône la "désobéissance civile" pour lutter contre le changement climatique. "L'évacuation a duré 40 à 45 minutes, vers 14 heures le pont était rendu à la circulation".

"Les forces de l'ordre sont arrivées vers 13H00 et après 10 ou 15 minutes plutôt calmes, les CRS ont commencé à évacuer les bloqueurs assis en première ligne", a raconté samedi soir à l'AFP l'une des militantes, qui a voulu être désignée sous le prénom de Flora.

Guadalajara sous 2 mètres de grêle après un terrible orage — Mexique
Un torrent glacé s'est formé dans les rues de la ville balayant sur son passage de nombreuses habitations et des commerces. La chaleur au sol s'est en effet progressivement élevée dans le ciel, où une forte humidité s'était accumulée entre-temps.

Samedi, le réalisateur et militant écologiste Cyril Dion a indiqué refuser sa promotion dans l'ordre du Mérite en raison de ces "violences". "Comme ensuite ces bloqueurs revenaient, ils ont opté pour leur stratégie du gazage à 20 cm du visage", a-t-elle ajouté.

"La disproportion de la réponse policière est folle", a encore déclaré Cyril Dion. "On était sur un lieu non déclaré, c'est le principe de la désobéissance civile", a-t-elle poursuivi.

"Au début les CRS appellent les manifestants à débloquer (.) Ce sont des manifestants très radicaux. Quand vous leur demandez pacifiquement de dégager la voie, ce qu'ont fait les forces de l'ordre avec des haut-parleurs et qu'évidemment ils refusent (...) on est obligé de mobiliser des CRS pour prendre les personnes une par une et essayer de les enlever", a affirmé le ministre.

Sommée de se disperser, la foule n'a pas bougé d'un pouce; les forces de l'ordre ont alors décidé d'employer la manière forte, en utilisant des gaz lacrymogènes face aux militants qui criaient "non violent, non violent", ou encore "policiers, doucement, on fait ça pour vos enfants". Selon les informations de franceinfo, cet ordre vient des responsables de la permanence de la DOPC, direction de la préfecture de police de Paris chargée du maintien de l'ordre et de la circulation. Selon la chaîne LCI, deux personnes ont été arrêtées pour "délit d'entrave à la circulation".

Militants écolos gazés: Castaner veut des explications