Mardi, 7 Juillet 2020
Dernières nouvelles
Principale » Les agriculteurs européens vent debout contre l'accord commercial — UE/Mercosur

Les agriculteurs européens vent debout contre l'accord commercial — UE/Mercosur

01 Juillet 2019

"Le président français Emmanuel Macron a salué samedi la conclusion d'un vaste traité de libre-échange entre l'Union européenne et les pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay et Paraguay), tout en se disant " vigilant " sur sa mise en œuvre".

Dans ce contexte tendu, la nécessaire approbation du compromis par les 28 Etats membres, puis le Parlement européen, semble plus indécise que jamais.

De son côté, la patronne du premier syndicat français FNSEA, Christiane Lambert a estimé que cet accord "inacceptable" allait "exposer les agriculteurs européens à une concurrence déloyale et les consommateurs à une tromperie totale".

La Copa Cogeca, principal syndicat agricole dans l'UE, a critiqué "une politique commerciale à deux poids et deux mesures", qui élargit "le fossé entre ce qui est demandé aux agriculteurs européens et ce qui est toléré des producteurs du Mercosur", dont les normes sanitaires et environnementales ne sont pas les mêmes qu'en Europe.

Bientôt du poulet et du bœuf sud-américain en France?

"Beaucoup de joie" Ces réactions illustrent les profondes inquiétudes autour du texte, amené, si les Etats membres l'approuvent, à devenir l'un des plus importants du monde: 770 millions de personnes, un quart du PIB mondial (18.000 milliards d'euros).

Détente commerciale entre la Chine et les Etats-Unis
Washington a levé sa menace d'imposer de nouvelles taxes à l'importation. Au G20, Donald Trump a décidé d'arrondir les angles.

Les négociations ont aussi été attaquées dans une lettre ouverte par 340 ONG européennes et sud-américaines, dont Greenpeace et Friends of the Earth, sur deux autres fronts: l'environnement et les droits de l'Homme. Ce dernier s'est félicité sur Twitter du "potentiel énorme" du futur partenariat, qui "donnera beaucoup de joie" à son "peuple".

Pour parvenir à un compromis, le Mercosur a accepté d'ouvrir grand ses portes, ainsi que ses marchés publics, à l'industrie européenne, tout particulièrement aux voitures, mais aussi aux produits chimiques et pharmaceutiques en provenance de l'UE. À l'inverse, l'UE ouvre son marché aux produits agricoles sud-américains - sa concession la plus lourde - par le biais de quotas: 99 000 tonnes de bœuf par an à taux préférentiel (7,5%), un quota supplémentaire de 180 000 tonnes pour le sucre et un autre de 100 000 tonnes pour les volailles. D'autant que, selon eux, les deux continents ne sont pas sur un pied d'égalité: antibiotiques utilisées comme hormones de croissance d'un côté, assorties de déforestation, contre toujours plus de normes environnementales côté européen.

Le compromis comporte " certains défis pour les agriculteurs européens et la Commission européenne sera à leur disposition pour les aider", a concédé le commissaire à l'Agriculture Phil Hogan. Dans une récente lettre adressée à Bruxelles, l'Irlande, la Belgique, la Pologne et la France affichaient ainsi en avant leur " profonde préoccupation " à l'égard des conséquences de l'accord sur l'agriculture.

Le président français, Emmanuel Macron, tend la main au président Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, aux côtés du premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, et de la chancelière allemande, Angela Merkel, lors d'une conférence de presse lors du sommet du G20 à Osaka, au Japon, le 29 juin 2019.

L'écologiste Pascal Durand, eurodéputé rallié à LREM a ainsi évoqué "un jour funeste". "Ensuite parce que les trois critères que nous avions posés sont reflétés par le texte: "le respect explicite de l'accord de Paris [sur le climat] ", notamment par le Brésil, ce qui est une première " à ce niveau dans un texte commercial ", selon lui". "Cette pression, cette concurrence déloyale par rapport à cette viande qui va arriver en Europe va mettre à bas les marchés que nous connaissons", alerte Philippe Dufour éleveur de bovins.

Brocardant une "mondialisation aveugle", La France Insoumise (LFI) a appelé à "une large mobilisation citoyenne" le 2 juillet à 18 heures devant le Parlement européen à Strasbourg, réuni en session plénière.

Les agriculteurs européens vent debout contre l'accord commercial — UE/Mercosur