Samedi, 24 Août 2019
Dernières nouvelles
Principale » Politiques et habitants mobilisés contre les suppressions de postes — General Electric

Politiques et habitants mobilisés contre les suppressions de postes — General Electric

25 Juin 2019

L'objectif? Rassembler un maximum de personnes pour soutenir les salariés.

Salariés, syndicats, habitants, élus locaux et nationaux: la population de Belfort s'est mobilisée ce samedi pour faire reculer le " rouleau compresseur " de General Electric, qui a annoncé la suppression de 1 050 emplois en France, et clamer que ses sites industriels ont encore un avenir.

Dans la manifestation, qui a rassemblé 5.000 personnes selon la préfecture, 8.000 selon l'intersyndicale, ressortaient les écharpes tricolores de nombreux élus ainsi que des gilets jaunes.

Mais les insinuations de Jean-Luc Mélenchon s'appuyait également sur le rapport de la commission d'enquête ouverte à l'Assemblée nationale, en octobre 2017, à l'initiative des Républicains, et portant "sur les décisions de l'État en matière de politique industrielle, au regard des fusions d'entreprises intervenues récemment, notamment dans les cas d'Alstom, d'Alcatel, de STX".

Les protestataires étaient nombreux à être venus en famille, tandis que certains commerces avaient baissé leurs rideaux par solidarité.

"On est là avec les enfants, pour qu'on nous voie dans toute la France et qu'on nous soutienne". "C'est tout un territoire qui va rentrer en lutte pour dire non à un plan social qui n'a ni queue ni tête!", a lancé Philippe Petitcolin, délégué CFE-CGC. A l'issue de la manifestation, une délégation, composée de l'intersyndicale, du maire LR de Belfort Damien Meslot et de la présidente (PS) de la région Bourgogne-Franche-Comté Marie-Guite Dufay, a été reçue à la préfecture.

Tabassée dans un parking, une femme dans un état critique — Nice
Une information judiciaire devrait être ouverte ce dimanche, avec la possible mise en examen du suspect. L'auteur des faits, alcoolisé, a été interpellé et placé en garde à vue.

" C'est aberrant comment une boîte qui fait des bénéfices peut supprimer tellement d'emplois!"

Lundi, les salariés avaient déjà empêché cette réunion d'information et de consultation qui avait été repoussée à vendredi. Début juin, ils avaient aussi bloqué pendant quelques heures une turbine d'une centaine de tonnes à la sortie de l'usine.

Toutefois, en dépit du blocage, "la procédure information-consultation", qui lance officiellement le plan social annoncé fin mai par le groupe américain, "a officiellement commencé ce matin", a indiqué à l'AFP une source proche du dossier.

" Tous les experts s'accordent à dire que le marché de la turbine à gaz va rebondir rapidement, pour remplacer le charbon, remplacer le nucléaire, pour accompagner la montée en puissance du renouvelable ", a insisté ce samedi Philippe Petitcolin.

Appelant à "préserver les savoir-faire et qualifications ouvrières qui sont concentrés ici à Belfort", Jean-Luc Mélenchon a pointé un "pacte de corruption" qui avait été dénoncé par le député Olivier Marleix (LR).

Politiques et habitants mobilisés contre les suppressions de postes — General Electric