Vendredi, 3 Juillet 2020
Dernières nouvelles
Principale » Turquie : le candidat d'Erdogan concède sa défaite à l'élection d'Istanbul

Turquie : le candidat d'Erdogan concède sa défaite à l'élection d'Istanbul

23 Juin 2019

Dans la foulée de ces déclarations, Ekrem Imamoglu a estimé que sa victoire marquait "un nouveau début pour la Turquie". Les premiers résultats publiés donnent une large avance au candidat de l'opposition Ekrem Imamoglu. Je le félicite et je lui souhaite bonne chance.

Le candidat du camp laïc, Ekrem Imamoglu, est en tête de l'élection municipale d'Istanbul avec 53,6%, selon la chaîne CNN-Türk, sur la base du dépouillement de 94,5% des bulletins de vote. Dimanche il a obtenu 777.000 voix de plus que son rival, selon les résultats provisoires.

Les électeurs étaient conviés à revoter dimanche à Istanbul après l'annulation du scrutin municipal du 31 mars, qui avait déjà donné la victoire à Imamoglu mais qu'Erdogan avait fait annuler en invoquant des irrégularités présumées. "J'espère que le résultat sera bon pour Istanbul", a déclaré l'ancien Premier ministre Binali Yildirim, qui a félicité son adversaire. Alors qu'à peine 13 000 voix séparaient les deux candidats en mars, le résultat avait été invalidé après des recours de l'AKP. "Je félicite Ekrem Imamoglu qui a remporté l'élection selon les résultats non officiels", a tweeté Recep Tayip Erdogan, quelques heures après la publication de résultats.

M. Imamoglu, 49 ans, confirme ainsi sa victoire obtenue lors du premier scrutin qui avait eu lieu le 31 mars. Il a invité le président turc "à travailler ensemble pour servir Istanbul". Mais les sondages et l'humeur de la rue sont plus que jamais en faveur du candidat d'opposition alors que cette élection locale a pris les allures d'un référendum pour ou contre le pouvoir du président Recep Tayyip Erdogan.

L'Europe se prépare à une canicule précoce et intense
Et "cet épisode a une particularité souligne Pascal Scaviner, prévisionniste à la Chaîne météo (société du groupe Le Figaro)". Avec la canicule prévue la semaine prochaine , elle pourrait sérieusement se dégrader.

Le scrutin stambouliote faisait figure de test pour la popularité du président turc et de son parti sur fond de graves difficultés économiques.

Lors d'un entretien avec l'AFP le mois dernier, il avait promis une "révolution" démocratique pour récupérer par les urnes le mandat de maire dont il avait été déchu, décrivant la bataille pour la mairie d'Istanbul comme "un combat pour la démocratie" en Turquie.

Pour le président - qui avait lui-même été maire d'Istanbul de 1994 à 1998 -, il s'agissait de conserver une ville de plus de 15 millions d'habitants, capitale économique du pays, que les conservateurs contrôlaient depuis 25 ans.

Des dizaines de partisans de l'AKP se sont rassemblés devant le siège du parti à Istanbul après l'annonce des résultats, certains les larmes aux yeux.

Turquie : le candidat d'Erdogan concède sa défaite à l'élection d'Istanbul