Mardi, 7 Juillet 2020
Dernières nouvelles
Principale » RENAULT : Proposition de compromis de Nissan à Renault sur la gouvernance-Nikkei

RENAULT : Proposition de compromis de Nissan à Renault sur la gouvernance-Nikkei

21 Juin 2019

Jean-Dominique Senard, le président de Renault, et Thierry Bolloré, son directeur général, siégeraient à plusieurs des quatre comités, ont précisé les sources du quotidien économique japonais. Selon une source proche du constructeur, Dominique Senard, président de Renault, siégera au comité des nominations de Nissan alors que Thierry Bolloré, directeur exécutif, siégera au comité d'audit.

Renault a laissé entendre il y a quelques jours qu'il bloquerait l'adoption des réformes de gouvernance de son partenaire, secoué par le scandale Carlos Ghosn, s'il n'était pas mieux représenté dans la nouvelle organisation.

Les relations entre les deux entreprises sont plus que tendues depuis l'arrestation au Japon, en novembre 2018, de l'ex-patron du groupe, Carlos Ghosn, accusé de malversations financières. Parallèlement, avec ses 15% de Renault, Nissan dispose lui de deux représentants au conseil d'administration du groupe au losange et ils siègent bien tous deux dans les comités du constructeur français. Lors de l'AG de Renault le 12 juin, il avait légèrement revu en baisse ses exigences, réclamant désormais "que les deux représentants du groupe Renault (puissent) siéger dans un comité de la nouvelle gouvernance". Alors, le constructeur automobile japonais a accepté de faire entrer un deuxième représentant de Renault dans ses instances.

Ouverture des trains à la concurrence : 5 projets de lignes déposés
Alors qu'il était possible de proposer des lignes à grande vitesse, FlixTrain s'est concentré sur une offre "équivalente aux trains Intercités, avec des prix nécessairement plus abordables ".

"Renault " accueille avec satisfaction la décision de Nissan d'accorder (à ses) deux représentants (.) un siège dans les comités du conseil de Nissan, qui seront présentés à l'assemblée générale des actionnaires le 25 juin prochain", a précisé le groupe français dans un communiqué". L'accord trouvé apparaît comme un compromis. Le contenu de la lettre avait fuité dans la presse et Hiroto Saikawa avait fustigé une façon de procéder " extrêmement regrettable ".

La semaine dernière, Reuters avait rapporté que Nissan envisageait d'attribuer à Renault plusieurs sièges au sein des comités prévus dans le cadre de la restructuration de sa gouvernance pour répondre au mécontentement exprimé par son partenaire français.

Ce dernier avait également défendu Nissan dans le projet de fusion envisagé par Renault avec le groupe Fiat Chrysler.

RENAULT : Proposition de compromis de Nissan à Renault sur la gouvernance-Nikkei