Samedi, 20 Juillet 2019
Dernières nouvelles
Principale » Gaïd Salah veut imposer l'élection présidentielle et réorienter les marches populaires

Gaïd Salah veut imposer l'élection présidentielle et réorienter les marches populaires

22 Mai 2019

Étudiants et enseignants ont manifesté mardi en Algérie contre la tenue le 4 juillet de l'élection présidentielle, soutenue par le chef d'état-major de l'armée qui a mis en garde la contestation contre les auteurs de "plans pernicieux ".

À Alger, un fort déploiement policier a empêché les manifestants de se rassembler sur le parvis de la Grande Poste, point de ralliement de la contestation dans le centre de la capitale, et de se diriger vers l'Assemblée nationale et le tribunal, étapes prévues du cortège.

Les étudiants se sont donc rendus devant le Palais du gouvernement, siège des services du Premier ministre et du ministère de l'Intérieur, bouclé par les forces de l'ordre.

"Pas d'élections, bande de mafieux", "un État civil, pas un État militaire", ont-ils notamment scandé. Plusieurs slogans ont visé directement le chef d'état-major de l'armée, le général Ahmed Gaïd Salah, appelé à "dégager " ou qualifié de "traître ".

Patrick Roy rencontrerait les Sénateurs d'Ottawa
Le tête-à-tête entre le directeur général des Sénateurs d'Ottawa, Pierre Dorion, et Patrick Roy a bel et bien eu lieu. La formation ontarienne a conclu la dernière campagne au dernier rang dans la LNH.

Le général de corps d'Armée Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense et chef d'état-major de l'armée? a repris ses discours politiques. La veille de cette intervention, depuis la même ville, il avait jugé "irraisonnable" le départ de tous les "symboles du système". "Quant à la proposition de Taleb Ibrahimi, Yahia Abdennour et Benyelles, Gaïd Salah souligne qu'il devient impératif de revoir la manière d'organiser les manifestations et la nécessité de les encadrer par des personnes ayant un esprit nationaliste responsable, qui craignent Allah quand il s'agit de leur peuple, leur patrie et les institutions de leur Etat, et œuvrent à transmettre les revendications populaires dans le cadre d'un dialogue sérieux et constructif avec les institutions de l'Etat, prenant en considération les revendications réalisées jusqu'à présent, grâce à l'accompagnement permanent de l'Armée nationale populaire, qui s'est engagée à ne pas être partie prenante à ce dialogue escompté".

Un scrutin présidentiel le 4 juillet a été annoncé le 10 avril par Abdelkader Bensalah afin de trouver un successeur à Abdelaziz Bouteflika mais les manifestants sont catégoriques: seules une période de transition politique et une remise à plat du système politique pourront permettre au pays de sortir de la crise.

Elles sont "fondées sur des informations précises et confirmées et sur de nombreux dossiers (.) aux preuves irréfutables", a-t-il martelé, alors que ses détracteurs l'accusent d'influencer la justice.

Gaïd Salah veut imposer l'élection présidentielle et réorienter les marches populaires