Samedi, 20 Juillet 2019
Dernières nouvelles
Principale » RDC : démission du premier ministre, Bruno Tshibala

RDC : démission du premier ministre, Bruno Tshibala

21 Mai 2019

Des milliers de personnes attendaient lundi matin à l'aéroport de Lumbumbashi le retour de l'opposant en exil Moïse Katumbi qui avait quitté il y a trois ans jour pour jour la République démocratique du Congo, a constaté une équipe de l'AFP.

"Le futur Premier ministre sera un homme du consensus". Il a été nommé en vertu de "l'accord politique" entre les coalitions de MM. Tshisekedi et Kabila, a déclaré le porte-parole du chef de l'Etat.

Hasard du calendrier ou pas, cette journée politique la plus chargée depuis l'investiture du 24 janvier a lieu en présence du ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, en visite à Kinshasa où il doit rencontrer le président Tshisekedi.

Le prochain chef du gouvernement doit pouvoir travailler avec le chef de l'Etat mais aussi son prédécesseur, Joseph Kabila, proclamé "président de la République honoraire" par ses proches.

OM - Mercato : Adil Rami, la décision finale vient de tomber
Mais dans les deux cas, ce sont de gros salaires que l'OM aimerait ne plus avoir à payer la saison prochaine. Alors découvrez la formation " Paris sportifs: la grande arnaque ." en cliquant ci-dessous.

Il a été quatre fois vice-ministre et deux fois ministre au Plan et aux Finances, selon la présidence, qui a dû rafraîchir la mémoire des Congolais: M. Ilunga Ilunkamba aurait été au gouvernement pour la dernière fois en 1991, à l'époque de l'ex-dictateur Mobutu Sese Seko (1965-1997), d'après son CV. Moïse Katumbi est celui dans l'opposition qui a le plus de députés à l'Assemblée. L'ex-gouverneur du Katanga est rentré au pays, trois ans jour pour jour après son départ en pleine tourmente judiciaire sous la pression de l'ancien régime Kabila. " Ce que nous cherchons, c'est la paix dans notre pays et que notre pays puisse aller de l'avant ", a-t-il déclaré, conscient de la dissonance que charrie actuellement Lamuka.

Katumbi, exilé en Belgique, avait tenté en vain de revenir en août dernier pour déposer sa candidature à l'élection présidentielle.

Son retour est perçu comme un signe de détente politique après l'annulation de sa condamnation à trois ans de prison dans une affaire de spoliation immobilière qu'il a toujours contestée. Ce sont les grandes interrogations du moment, car s'il ne remet pas en cause l'élection de Félix Tshisekedi, le candidat qu'il a soutenu à la présidentielle, Martin Fayulu, dont il reste l'allié, continue de revendiquer sa victoire à cette élection.

RDC : démission du premier ministre, Bruno Tshibala