Dimanche, 21 Juillet 2019
Dernières nouvelles
Principale » La Nouvelle-Zélande appelle à l’union contre la diffusion de contenus terroristes

La Nouvelle-Zélande appelle à l’union contre la diffusion de contenus terroristes

15 Mai 2019

Baptisé ainsi en référence à l'attentat qui a visé deux mosquées néo-zélandaises en mars et au cours duquel un extrémiste de droite australien a exécuté 51 personnes en direct sur Facebook, le " Christchurch call " devrait être présenté mercredi en marge d'une réunion des ministres du numérique des pays du G7 à Paris.

La première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern, doit rencontrer à cette occasion Emmanuel Macron, qui s'est entretenu vendredi avec le patron de Facebook, Mark Zuckerberg.

Facebook a déjà annoncé mercredi restreindre l'usage de sa plateforme Live de vidéo en direct, dont s'est servi le tueur de Christchurch. La vidéo a été ensuite partagée pendant plusieurs heures sur Twitter, YouTube (Alphabet), Whatsapp et Instagram. Cet appel intervient à la suite d'une situation qualifiée "d'inédite" par la Première ministre: la diffusion. Facebook Live, qui employait jusque-là une politique de sanctions progressives, prévoit de mettre en place une stratégie dite de "première infraction": si un usager enfreint les règles "les plus sensibles" de la plateforme, explique Facebook, il se verra interdire l'utilisation du service pour une période donnée dès la première violation.

Premier League : le Manchester City conserve son titre
Mais c'était sans compter sur la réaction d'orgueil des Citizens tout simplement exceptionnels dans la dernière ligne droite. Les féminines, qui ont été sacrées championnes d'Angleterre, ont célébré leur titre face à Manchester City (1-0).

Facebook n'a pas précisé quels types d'infractions étaient concernés ni combien de temps les suspensions dureraient mais une porte-parole a précisé qu'il n'aurait pas été possible pour l'auteur de la tuerie de Christchurch d'utiliser Facebook Live en vertu des nouvelle règles. Dans ce cas, Facebook prévoit dans les semaines à venir d'empêcher ces contrevenants de diffuser des publicités sur le réseau. Il annonce donc investir 7,5 millions de dollars dans des partenariats avec trois universités pour améliorer l'analyse d'images fixes et de vidéos. De plus, le groupe a répété qu'il avait été confronté, dans le cas de Christchurch, à un défi technique: ses systèmes ont eu du mal à identifier les différentes versions et montages des images issues de la vidéo originale.

"Il y a encore beaucoup de travail à faire mais je suis heureuse que Facebook ait pris des mesures supplémentaires aujourd'hui en parallèle à l'appel et j'espère une collaboration de long terme pour rendre les médias sociaux plus sûrs avec le retrait des contenus terroristes", a souligné la dirigeante de Nouvelle-Zélande.

La Nouvelle-Zélande appelle à l’union contre la diffusion de contenus terroristes