Jeudi, 17 Octobre 2019
Dernières nouvelles
Principale » La consommation d’alcool ne baisse malheureusement plus en France

La consommation d’alcool ne baisse malheureusement plus en France

03 Mai 2019

Selon l'organisme mondial de la santé, la France est le sixième pays le plus consommateur d'alcool, c'est aussi la seconde cause d'addiction chez les jeunes après le tabac.

Chaque année en France, l'alcool provoque 41 000 décès.

L'Académie s'inquiète de constater que ni le Plan national de mobilisation contre les addictions, ni le Plan national de Santé Publique ne contiennent de mesures fortes contre l'alcool. L'Académie nationale de médecine lance l'alerte.

À l'instar d'autres institutions, sociétés savantes et associations, l'Académie recommande aussi de mentionner sur les bouteilles que l'alcool est dangereux pour la santé, et non pas le seul excès, comme c'est le cas actuellement. Elle appelle les autorités à prendre des mesures fortes et à mieux résister au lobby de l'alcool. Au contraire, certains députés souhaitent rétablir la consommation d'alcool et sa publicité dans les stades, tandis que la filière viticole est autorisée à diffuser des dépliants scolaires aux enfants de 3-6 ans qui n'évoquent jamais les dangers de l'alcool. "Cependant, trop petit, difficile à trouver et à comprendre sans explications préalables, il ne remplit guère la fonction qui lui était destinée". "Malgré l'enjeu de prévenir la première cause de retard mental évitable du nouveau-né et de l'enfant, les discussions pour l'agrandir et le contraster s'enlisent depuis des années face à l'opposition farouche du lobby alcoolier", déplore-t-elle. Pour rappel, lorsqu'il est exposé in utero, le fœtus peut développer un syndrome d'alcoolisation fœtale et développer un grave retard mental en grandissant.

Manifestation du 1er-Mai à Paris : les images fortes du défilé
Certains ont pris pour cible les forces de l'ordre et ont tenté plusieurs assauts devant un commissariat. Une manifestante face à un policier, brins de muguet à la main, pour ce 1er-Mai à Paris.

Outre le bannissement strict de la publicité pour l'alcool et un pictogramme femmes enceintes plus visible, l'Académie appelle également à taxer les boissons alcooliques au gramme d'alcool et à établir un prix minimum de vente par gramme d'alcool, comme en Écosse. L'alcool constitue en effet la première cause évitable de mortalité des 15-30 ans. Dans le détail, "50% des élèves de 6ème ont déjà expérimenté l'alcool, 20% des élèves de terminale sont des consommateurs réguliers". En France, les hommes boivent en moyenne 4,9 verres par jour et les femmes 2,9.

Chez les adultes, ces boissons provoquent des situations de violences conjugales.

L'alcool est également responsable de 40 % des violences faites aux femmes et aux enfants. Enfin, l'alcool engendre un tiers des décès des accidents mortels de la route.

Dans des chiffres publiés mi-février, Santé publique France avait indiqué que la consommation des Français n'avait quasiment pas reculé depuis 10 ans, passant de 27 g à 26 g d'alcool pur par jour entre 2009 et 2015. "C'est en février 2019 que Santé Publique France annonce que la consommation française d'alcool est la même en 2017 qu'en 2013", note l'académie dans son communiqué.

La consommation d’alcool ne baisse malheureusement plus en France