Vendredi, 19 Juillet 2019
Dernières nouvelles
Principale » Emmanuel Macron ne va peut être pas plaire à ses anciens amis

Emmanuel Macron ne va peut être pas plaire à ses anciens amis

17 Avril 2019

Le chef de l'Etat avait prévu d'annoncer lundi soir sa pérennisation.

Selon le discours de son allocution, Emmanuel Macron souhaite "baisser les impôts des classes moyennes" en finançant cette mesure notamment par la "suppression de certaines niches fiscales".

Enfin, décision symbolique, avec l'annonce de la suppression de l'ENA, la grande école des politiques.

Le mardi 16 avril, l'Élysée a annoncé qu'Emmanuel Macron s'exprimerait "en temps voulu" sur la fin du Grand débat car "il faut respecter un temps de recueillement et avoir la responsabilité qui s'impose dans ce moment de grande émotion nationale" après l'incendie de Notre-Dame. On ignore cependant si son allocution sera exclusivement consacrée à la situation à Notre-Dame ou bien s'il évoquera les mesures tirées du grand débat national.

La réindexation d'une partie des retraites sur l'inflation, qui figure dans le projet d'allocution qu'Emmanuel Macron devait prononcer lundi soir, est un nouveau revirement pour l'exécutif, qui est déjà revenu sur la hausse de la CSG et laisse planer le doute sur l'âge de départ. Emmanuel Macron avait prévu d'annoncer la fin des fermetures d'écoles ou d'hôpitaux d'ici à la fin du quinquennat.

Le chef de l'État devait par ailleurs annoncer un changement de "la formation, la sélection, [d] es carrières en supprimant l'ÉNA [École nationale d'administration, ndlr.] et plusieurs autres structures", selon ce texte.

Al-Khelaïfi/Campos : ça a chauffé à Lille
A en croire L'Equipe , Nasser al-Khelaïfi était en effet déjà particulièrement remonté avant même la mi-temps. Le ton est monté entre Luis Campos et Nasser Al-Khelaïfi.

Le président réclame aussi une "évaluation objective" de la transformation de l'ISF en IFI dès le début de l'année 2020, afin d'"apporter toutes les modifications et corrections nécessaires".

Emmanuel Macron devait annoncer la réindexation des retraites de moins de 2 000 euros sur l'inflation à partir du 1er janvier 2020. "Nous avons besoin d'une élite, de décideurs", estime Emmanuel Macron, qui souhaite qu'on donne "à tous nos jeunes leurs chances en fonction uniquement de leur mérite et pas de leur origine sociale ou familiale", selon le document. Prenant acte que "beaucoup de nos concitoyens ont le sentiment que leur territoire est abandonné" et du "besoin de proximité, d'enracinement", le chef de l'Etat souhaite "assurer la présence des services publics". Elle doit être reconduite "chaque année".

C'est dans cette même optique d'efficacité que le président devait lancer "un travail profond dans chaque région avec les élus et les forces vives, afin de simplifier le mille-feuille de notre organisation selon le modèle adapté à chacun".

Il voudrait également rendre " plus accessible " le référendum d'initiative partagée (RIP) prévu par la Constitution mais très compliqué à mettre en œuvre. "Vous voulez, je l'ai entendu, être mieux représentés", devait-il dire, en assurant "partager cette conviction". Il annonce aussi qu'"une convention de 300 citoyens tirés au sort" sera installée "dès le mois prochain", en mai, chargée de "travailler à la transition écologique et aux réformes concrètes à prendre".

En décembre, lors du dévoilement de la première batterie de mesures pour calmer la colère des "gilets jaunes", Emmanuel Macron avait annoncé la mise en place d'une prime exceptionnelle entièrement exonérée d'impôts et de charges, versée par les employeurs sur la base du volontariat.

Emmanuel Macron ne va peut être pas plaire à ses anciens amis