Vendredi, 19 Avril 2019
Dernières nouvelles
Principale » Les combats en Libye ont déplacé plus de 8.000 personnes — ONU

Les combats en Libye ont déplacé plus de 8.000 personnes — ONU

14 Avril 2019

Alors que les forces du Maréchal Khalifa Haftar continuent leur offensive vers la capitale Tripoli, des milliers de civils ont fui les combats. L'objectif de cette rencontre était, selon des médias officiels, de discuter des "derniers développements en Libye". Certains soutiens de l'ANL, comme les Émirats arabes unis et l'Égypte, pourraient lui porter secours s'il subit des revers militaires. Pour l'heure, aucun des deux camps ne semble avoir pris l'avantage, bien qu'ils affirment chacun de leur côté avoir fait des " avancées ". Les combats ont repris dimanche, sur les mêmes lignes de front, en particulier à Ain Zara et al-Swani, au sud de Tripoli. La veille, deux ambulances avaient été prises pour cible: on compte désormais huit véhicules du personnel médical depuis le début de ces affrontements meurtriers.

La Libye est en proie à l'insécurité et au chaos depuis la chute du régime de l'ancien dirigeant Mouammar Kadhafi en 2011. Pour compléter ces tristes statistiques, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (Ocha) de l'ONU estime 13.500, le nombre de personnes déplacées dont 900 seulement ont pu être reçues dans des centres d'accueil.

Dimanche, la mission de l'ONU en Libye (Manul) a rappelé que " le droit humanitaire international interdit formellement de bombarder des écoles, des hôpitaux, des ambulances et des zones civiles ".

"Nous surveillons et documentons tous les actes de guerre contraires à cette loi (en Libye) en prévision de l'information du Conseil de sécurité des Nations Unies et de la Cour pénale internationale (CPI)", a-t-elle indiqué sur Twitter. Car un raid aérien attribué aux forces de l'ANL par le camp adverse a touché une école au sud de Tripoli.

"Les forces de l'armée libyenne [du GNA, ndlr] ont abattu un avion ennemi qui se préparait à mener des raids aériens dans la région de Wadi al-Rabie", a déclaré à l'AFP leur porte-parole, le colonel Mohamad Gnounou. "Elle est maintenant aux mains de terroristes ", a-t-il dit.

Le message du pape François à l'endroit des dirigeants africains (vidéo) — Soudan
De leur côté, les dirigeants sud-soudanais n'ont donné aucune réponse à l'appel du pape, dernière personnalité à s'inviter dans la médiation sur le conflit sud-soudanais.

Dans ce sens, le porte-parole du GNA, Mohanad Younes, a annoncé que les forces loyales à cet exécutif se préparent à passer de la " phase défensive à l'offensive ".

L'ANL a rétorqué dans la soirée de samedi qu'elle "avançait sur tous les fronts".

Mesmari a fait état de " terroristes " et " criminels " combattant aux côtés des forces du GNA.

Les événements sur le terrain ont perturbé la scène libyenne dans son ensemble, a ajouté le journal, précisant que la nouvelle a été un choc pour tout le monde, citant, à titre d'exemple le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, qui a exprimé sa préoccupation pour le "mouvement militaire" et "le risque de confrontation", après une réunion avec président du Conseil présidentiel, Fayez Al-Sarraj à Tripoli où il a effectué une visite.

Pour sa part, Al Sarraj a dénoncé une " campagne de désinformation de la part de quelques parties ", selon lesquelles ses " forces comptent des combattants appartenant à des organisations et groupes terroristes ". De son côté, le chef du GNA a fermement démenti ces accusations.

Les combats en Libye ont déplacé plus de 8.000 personnes — ONU