Vendredi, 19 Avril 2019
Dernières nouvelles
Principale » Gilets jaunes : à quoi faut-il s'attendre pour l'"acte 22" ?

Gilets jaunes : à quoi faut-il s'attendre pour l'"acte 22" ?

13 Avril 2019

Après la faible mobilisation de l'Acte 21 samedi 6, les protestataires auront-ils la capacité de rameuter les troupes et d'être visible pour le premier samedi depuis les premières conclusions officielles du Grand débat? "Les 'gilets jaunes' envisageaient de venir ici, sur la Grand'Place de Lille, mais ils devront aller plus loin, car la préfecture du Nord a pris un arrêté interdisant toute manifestation dans le cœur de Lille", explique le journaliste Alexandre Le Quéré, en duplex sur place. Et qui cible donc tout particulièrement les rassemblements de Gilets jaunes. Parmi les figures du mouvement, Priscillia Ludosky ou Fly Rider-Maxime Nicolle ont annoncé qu'ils seraient présents, ce dernier prédisant un " gros week-end ".

À Toulouse, la "capitale nationale" proclamée de ce samedi, des milliers de "gilets jaunes" ont manifesté.

Pour ce 22e samedi depuis le début du mouvement, le principal bastion " gilets jaunes " devrait se situer à Toulouse.

Des renforts sont en particulier attendus à Bordeaux, où les Toulousains étaient allés grossir les rangs le 30 mars, et à Montpellier où une marche doit avoir lieu à partir de 14h. ", alors que la loi anticasseurs s'appliquera pour la première fois au mouvement". Évoquant une " volonté d'en découdre " des Gilets jaunes dans la Ville rose, le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a relevé qu'il y aura, là comme ailleurs, un dispositif proportionné.

Les Chroniques de San Francisco : découvrez la bande-annonce

A Paris aussi, la loi anticasseurs sera dans le collimateur des manifestants. Le premier cortège parisien rejoindra en début d'après-midi Place de la République la marche pour "la liberté de manifester", organisée par plusieurs associations (dont LDH, Amnesty, Attac, Unef, SOS Racisme.). Lors des dernières journées de mobilisation, des heurts ont en effet opposé les forces de l'ordre à des casseurs en marge des manifestations des Gilets jaunes. Une cinquantaine d'organisations ont signé un appel pour l'abrogation de ce nouveau texte.

A Paris, autre point de rassemblement désigné par les gilets jaunes, la préfecture de police a également interdit la présence de manifestants sur les Champs-Elysées et dans les rues perpendiculaires. Sur Facebook, le groupe de Rennes appelle à participer à une manifestation à Laval.

Le ministre de l'Intérieur a, lui, insisté sur la mise en vigueur dès le 13 avril du nouveau cadre législatif, indiquant avoir envoyé "une circulaire [le 12 avril] à l'ensemble des préfets pour les inviter à préparer la bonne utilisation de ces dispositifs, à travailler avec les procureurs, les parquets". Il a rappelé que le fait de se masquer, de cacher son visage "à un moment d'émeute" devient ainsi "un délit passible d'une peine d'un an et de 15.000 euros d'amende". "La menace semble plus forte pour le 20 avril, vous avez vu un certain nombre d'appels qui invitent quasiment à détruire Paris".

Gilets jaunes : à quoi faut-il s'attendre pour l'