Jeudi, 21 Novembre 2019
Dernières nouvelles
Principale » L'Italie saisit un navire humanitaire avec 48 migrants à bord — Lampedusa

L'Italie saisit un navire humanitaire avec 48 migrants à bord — Lampedusa

22 Mars 2019

Navire humanitaire battant pavillon italien, le Mare Jonio était bloqué au large de la petite île située à mi-chemin entre la Sicile et la Tunisie.

Dans l'après-midi, l'homme fort du gouvernement avait réclamé l'arrestation de l'équipage: "Si un citoyen force un barrage de la police ou des carabiniers, il est arrêté".

M. Salvini, dont la position intransigeante sur l'immigration clandestine l'a fait monter dans les sondages de popularité, a régulièrement promis de parvenir à empêcher tous les navires transportant des migrants d'entrer dans les eaux italiennes.

Le ministre de l'Intérieur a accusé ces navires "d'effectuer le sauvetage de leur propre initiative et de se diriger ensuite vers les frontières maritimes européennes", et cela "en violation du droit maritime international".

Des bénévoles ont secouru 49 migrants, parmi lesquels 12 mineurs, à une quarantaine de milles nautiques au large de la Libye. Une vedette des garde-côtes libyens se trouvait à proximité, mais les militants ont préféré prendre les migrants à bord plutôt que les voir ramenés en Libye, où beaucoup risquent de subir de nouveaux abus et violences. Le bâtiment avait pris la direction de l'île italienne de Lampedusa, mais avait été bloqué au large car les autorités italiennes lui interdisaient d'accoster, malgré.

"Un migrant de 25 ans présentant des symptômes de pneumonie a été évacué vers Lampedusa pour être soigné".

Fin de la procédure de l'UEFA contre le PSG
Cette décision invalide le renvoi de son dossier par la Chambre de jugement de l'ICFC devant la Chambre d'instruction de ce même ICFC.

"En raison de conditions météo défavorables, il nous a été assigné un point d'ancrage à l'abri, à Lampedusa".

"Le Mare Jonio vient de se porter au secours d'un pneumatique en détresse qui coulait avec une cinquantaine de personnes à bord", a indiqué dans un communiqué le collectif Mediterranea, regroupant différentes associations d'aide.

Depuis l'arrivée au pouvoir de M. Salvini en juin 2018, plusieurs navires de secours - humanitaires et militaires - se sont retrouvés bloqués au large de l'Italie ou de Malte jusqu'à ce que d'autres pays européens acceptent une répartition des migrants secourus.

Lundi, le ministre italien a publié une directive annonçant que l'Italie ne laisserait pas débarquer des personnes secourues dans la vaste zone de secours dépendant de la Libye, à moins que l'opération n'ait été coordonnée par les garde-côtes italiens.

La directive menace aussi les ONG de sanctions. Mardi, le ministère a annoncé la création d'une commission "d'experts et de policiers" chargée d'assurer l'application du texte.

Les côtes italiennes "ne sont pas les seuls lieux de débarquement possibles, étant donné que les ports libyens, tunisiens et maltais peuvent offrir l'assistance logistique et sanitaire appropriée" et "sont plus proches" du lieu du sauvetage que les ports italiens.

L'Italie saisit un navire humanitaire avec 48 migrants à bord — Lampedusa