Mercredi, 27 Mars 2019
Dernières nouvelles
Principale » Violences à Paris: Emmanuel Macron veut "des décisions fortes"

Violences à Paris: Emmanuel Macron veut "des décisions fortes"

17 Mars 2019

Quarante-quatre personnes ont été interpellées, selon un bilan communiqué à 12H30 par le préfecture de police de Paris.

Plus tôt dans la journée, Édouard Philippe, venu apporter "son plus grand soutien" aux forces de l'ordre sur les Champs-Élysées, avait indiqué que "tous ceux qui excusent ou qui encouragent les actes" violents "s'en rendent complices". Des casseurs ont pillé samedi des boutiques sur les Champs-Elysées.

Au total 32 300 personnes se sont mobilisées dans toute la France selon l'Intérieur, mais 230 766 selon le décompte des Gilets jaunes posté sur Facebook.

Maxime Nicolle, une autre tête connue des "gilets jaunes", promettait une journée "mémorable", "un week-end parmi les plus importants depuis le début de cette mobilisation".

"Des professionnels de la casse et du désordre équipés et masqués ont infiltré les cortèges", a réagi le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, dans un message publié sur Twitter et assorti d'une photo de manifestants vêtus de noir. Dans un contexte tendu et avec une tendance à la normalisation des manifestations, il semble que le gouvernement n'ait toujours pas réussi à " rétablir l'ordre ". Le président Macron a écourté son séjour à la montagne pour rentrer à Paris.

Une cliente découvre une souris dans son pain — VIDÉO | Carrefour Market
C'est la surprise qu'à eu Nathalie K. mardi soir, dans un Carrefour Market des Hauts de Seine, près du Pont de Sèvre . Celui-ci s'est glissé dans l'emballage d'un pain aux noix, qu'il grignote tranquillement.

Cet incendie a fait 11 blessés légers. Parmi elles, 144 se trouvaient en garde à vue à 21H00, a indiqué le parquet de Paris.

La maire PS de Paris Anne Hidalgo a également condamné "avec la plus grande fermeté" (lire page3) ces "insupportables exactions". "Et tous ceux qui étaient là se sont rendus complices de cela", a estimé le président, qui a par ailleurs tenu à "remercier une fois encore les forces de l'ordre pour leur professionnalisme".

Eric Drouet, l'une des figures du mouvement, avait invité dans une vidéo les sympathisants à converger vers la capitale: "On attend les Toulousains avec impatience, les Bordelais, les Marseillais, les Rouennais.", évoquant même le renfort de sympathisants d'Italie, Belgique, Pays-Bas, Pologne.

Lors de l'acte 17 des " gilets jaunes ", samedi, des manifestants ont notamment incendié le bâtiment d'une banque et s'en sont pris au célèbre restaurant Le Fouquet's, avant, lui aussi, de l'incendier.

"On a été trop gentils, c'est pour ça que c'est violent aujourd'hui", dénonçait Jean-François Bernard, un manifestant employé dans l'entretien d'espaces verts. Pour le ministre de l'Intérieur, le mouvement des Gilets Jaunes " n'existe plus dans la réalité", expliquant que la mobilisation été aujourd'hui noyauté par les " casseurs ". De leur côté, les militants pour le climat battront le pavé pour une " marche du Siècle", une manifestation organisée par le " Collectif citoyens ". A Toulouse, autre place forte des "gilets jaunes", plusieurs milliers de personnes ont défilé avec des heurts sporadiques aux forces de l'ordre.

Violences à Paris: Emmanuel Macron veut