Jeudi, 27 Juin 2019
Dernières nouvelles
Principale » Le Maroc dément toute ingérence dans la situation en Algérie

Le Maroc dément toute ingérence dans la situation en Algérie

17 Mars 2019

"Le royaume du Maroc a décidé de se tenir à une attitude de non-ingérence par rapport aux récents développements en Algérie et s'est abstenu de tout commentaire à ce sujet", lit-on dans la déclaration du département dirigé par Nasser Bourita qui, il n'y a pas longtemps, accusait l'Iran de faire transiter des armes au Front Polisario via son ambassade à Alger.

Dans un communiqué, il a indiqué que le Maroc a décidé de ne pas s'ingérer dans le dossier algérien et d'expliquer par la suite, que le royaume chérifien n'a aucun intérêt à se mêler des affaires internes de l'Algérie.

"Dans ce sillage, le chef de la diplomatie marocaine a qualifié certaines informations rapportées par des médias, qu'il ne précise pas, de " propos fallacieux " et de " positions dénuées de tout fondement ".

Ce démenti intervient quelques jours après qu'un analyste iranien, Mohamed Sadeg Al Hosseini, a évoqué l'existence d'un "centre des opérations" basé à Rabat et dont la vocation serait la gestion d'une "révolution" en Algérie.

Enrico Macias contraint de rembourser 30 millions à une banque au Luxembourg
Interrogé sur les ondes de RTL Luxembourg , Me Pierre Hurt , l'avocat d'Enrique Macias, n'a pas mâché ses mots. Mme Hamilius a déjà recouvré 2,2 milliards d'euros sur un passif total de 2,5 milliards d'euros.

"Une alliance américano-sioniste planifie la destruction de l'Algérie à travers une chambre d'opérations au Maroc", titre cet article paru dans un quotidien arabe, en référence à la thèse de Mohamed Sadeg Al Hosseini.

Le "Hirak" algérien est entré dans sa cinquième semaine. "Aucun contact n'a été établi avec Paris, ni avec aucun autre pays d'Europe ou d'ailleurs à ce sujet", a affirmé Nasser Bourita, cité par la même source.

Néanmoins, celui-ci a gagné en ampleur, nonobstant les réponses apportées par le Président Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis 20 ans et fortement diminué depuis le printemps 2013.

Des centaines de milliers d'Algériens ont manifesté, vendredi dernier, contre la prolongation du quatrième mandat, en demandant le départ du "système", en référence à une nébuleuse qui regrouperait l'ensemble des "décideurs" appartenant aux sphères présidentielles, militaires, administratives et affairistes.

Le Maroc dément toute ingérence dans la situation en Algérie